Le ministre grec des Finances met en garde les députés

lundi 15 décembre 2014 10h42
 

ATHENES, 15 décembre (Reuters) - Si les députés grecs ne parviennent pas à élire le futur président de la République, le pays connaîtra une croissance inférieure aux prévisions l'an prochain, prévient le ministre grec des Finances, Gikas Hardouvelis, lundi dans les colonnes du quotidien financier Naftemporiki.

"Le scénario d'une non-élection d'un président en décembre s'accompagnerait d'un taux de croissance inférieur en 2015", dit-il. Athènes table pour l'instant sur une croissance de 2,9% en 2015, après 0,6% attendu cette année.

Le Parlement doit procéder à un premier tour de scrutin dès mercredi.

Le Premier ministre Antonis Samaras, qui a décidé la semaine dernière de précipiter le calendrier, a présenté la candidature de l'ancien commissaire européen Stavros Dimas.

Mais il joue gros: si Dimas, seul candidat déclaré, n'est pas élu, Samaras sera contraint de dissoudre le Parlement et d'organiser des législatives anticipées. Or l'arithmétique parlementaire ne présage pas d'une élection facile.

Le parti de Samaras, Nouvelle démocratie, et ses alliés socialistes du Pasok disposent de 155 sièges sur 300. Aux deux premiers tours de scrutin, ce mercredi puis le 23 décembre, la majorité requise pour faire élire Dimas (200 voix) semble hors d'atteinte. Au troisième et dernier tour, le 29 décembre, le seuil sera abaissé mais il faudra tout de même 180 voix, soit 25 de plus que n'en compte la coalition.

La semaine dernière, Samaras a affirmé que la Grèce irait au devant d'une "catastrophe" si l'élection présidentielle échoue et que la tenue de législatives anticipées s'impose alors que dans les intentions de vote, le parti de la gauche radicale Syriza fait la course en tête.

Au cours du week-end, Alexis Tsipras, le chef de file de Syriza, a accusé Samaras de jouer avec la peur. (voir )

Syriza souhaite abandonner toute coopération avec les créanciers internationaux de la Grèce et revenir sur les mesures d'austérité imposées comme condition au plan d'aide financière du FMI et de l'Union européenne.   Suite...