Le budget US de la défense voté à 577 milliards de dollars

samedi 13 décembre 2014 00h43
 

WASHINGTON, 13 décembre (Reuters) - Le Congrès américain a voté vendredi un budget 2015 de la défense à 577 milliards de dollars (463 milliards d'euros) qui autorise l'entraînement par les Etats-Unis des forces syriennes et irakiennes qui luttent contre l'Etat islamique.

Sur ce total de 577 milliards de dépenses militaires, 496 milliards constituent le budget de base du Pentagone, près de 64 milliards sont consacrés aux guerres hors des Etats-Unis et 17,9 milliards aux travaux sur les armes nucléaires du département de l'Energie.

Le Sénat a voté le texte, qui avait été voté la semaine dernière par la Chambre des représentants, par 89 voix contre 11. Il sera ensuite signé par Barack Obama et promulgué.

Le budget avalise le plan du Pentagone concernant l'entraînement et l'équipement d'une force militaire de l'opposition syrienne modérée pour lutter contre l'Etat islamique, défendre le peuple syrien et mettre en place les conditions d'une fin de la guerre civile en Syrie.

De même, le programme d'entraînement des forces irakiennes et kurdes qui combattent l'EI est également autorisé.

Des mesures de contrôle des dépenses de personnel du Pentagone, qui représentent environ la moitié du budget, sont prises. En particulier, le texte réduit l'allocation logement des militaires d'un point de pourcentage et reste silencieux sur les augmentation de salaires qui ne devraient pas augmenter de plus de 1%.

Le texte rejette un certain nombre de demandes du Pentagone qui veut mettre hors service, ou réduire, des systèmes d'armements qu'il estime ne plus avoir les moyens de maintenir en raison d'un programme d'économies budgétaires qui vise à réduire les dépenses militaires de près de 1.000 milliards de dollars en dix ans.

Par exemple, l'abandon de l'A-10 Warthog, avion conçu pour l'appui aérien rapproché des forces terrestres, n'est pas accepté. L'armée de l'air voulait retirer de la circulation ces appareil très appréciés des troupes au sol en raison de leur capacité à voler à basse altitude et à détruire les chars ennemis et faire passer le personnel sur le F-35 Joint Strike Fighter.

La loi votée vendredi interdit également la mise hors service du porte-avion USS George Washington et autorise les financements pour entamer un remaniement du navire. (David Alexander; Danielle Rouquié pour le service français)