Chrysler rappelle encore des véhicules, un 2e airbag mis en cause

vendredi 12 décembre 2014 17h39
 

DETROIT, 12 décembre (Reuters) - Chrysler Group a étendu le rappel aux Etats-Unis de véhicules équipés d'airbags côté passager fabriqués par l'équipementier japonais Takata, airbags dotés d'un autre type de capsule de gaz déclenchant leur gonflement.

La filiale américaine du groupe italien Fiat Chrysler Automobiles va faire revenir en usine 208.783 véhicules supplémentaires et étendre ses rappels dans cinq nouveaux Etats et trois zones géographiques américains. Les modèles concernés sont des Dodge, des berlines, des pick-ups et des SUV fabriqués entre 2003 et 2005.

L'agence américaine de sécurité routière, la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA), a demandé aux constructeurs automobiles d'étendre leur rappel initial de juin à d'autres régions, notamment celles les plus humides où le risque d'explosion des airbags est le plus élevé.

Avec le rappel annoncé jeudi soir, Chrysler estime à 617.573 le total de ses véhicules potentiellement affectés par ce problème.

Le rappel de jeudi porte sur des airbags équipés de capsules de référence "PSPI", tandis que le premier rappel concernait sur des airbags avec des capsules de référence "SPI".

La NHTSA n'était pas joignable vendredi pour commenter l'information.

Chrysler de son côté a dit n'avoir pas identifié à ce stade de défaut technique sur les airbags de ses véhicules mais le groupe veut quand même les remplacer par mesure de sécurité.

Plus de 20 millions de véhicules ont été rappelés depuis 2008 à travers le monde afin de remplacer les actionneurs d'airbags Takata, susceptibles d'exploser en projetant des pièces métalliques dans l'habitacle.

L'équipementier nippon est au coeur d'un scandale depuis le décès d'au moins cinq personnes et fait l'objet aux Etats-Unis d'une enquête pénale. (Ben Klayman, Claude Chendjou pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)