** LE POINT SUR LES MARCHÉS à l'ouverture des Bourses en Europe **

jeudi 11 décembre 2014 09h52
 

PARIS/LONDRES, 11 décembre (Reuters) - Les Bourses européennes ont ouvert en
légère hausse jeudi, après trois séances de baisse, regagnant un peu de terrain
tout comme le pétrole et le dollar.
    L'attentisme prévaut avant les résultats de la deuxième opération de prêts à
long terme ciblés de la Banque centrale européenne (BCE) (TLTRO), attendus vers
10h15 GMT. Les opérateurs de marché s'attendent à ce que les banques limitent
leurs emprunts à 130 milliards d'euros dans ce cadre. 
    Au vu de l'objectif affiché par le président de la BCE Mario Draghi
d'augmenter le total de bilan de l'institution de 1.000 milliards d'euros, ces
perspectives renforcent la probabilité d'une opération d'assouplissement
quantitatif (QE) passant par des achats de dettes souveraines. 
    "En cas de déception, il pourrait (...) y avoir plusieurs réactions sur les
indices européens. Tout d'abord une baisse sur la nouvelle et après (la
digestion), une hausse des indices sur de fortes anticipations qu'un QE européen
pourrait être annoncé plus rapidement qu'anticipé", note John Plassard,
directeur adjoint chez Mirabaud Securities. 
     À Paris, l'indice CAC 40 reprend 0,44% à 4.246,30 points vers 8h35
GMT. À Francfort, le Dax s'adjuge 0,51% et à Londres, le FTSE 
avance de 0,3%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro regagne 0,59%
et le FTSEurofirst 300 0,29%.    
    Aux valeurs, Airbus Group creuse ses pertes, avec un nouveau recul
de 2,7%, après une chute de plus de 10% la veille en réaction à des prévisions
jugées décevantes pour les années à venir. 
    De même, le groupe parapétrolier CGG dégringole de plus de 9%
alors que son concurrent Technip prend 1,7%. Selon le site
d'informations latribune.fr, l'Etat en tant qu'actionnaire de CGG n'est pas
convaincu par une opération de rapprochement avec Technip évoquée sur le marché.
    Inditex, maison mère de Zara, prend 4,2% après avoir annoncé une
hausse de 14% de ses ventes sur les six premières semaines du quatrième
trimestre malgré des températures élevés du début de l'automne. 
    Fiat Chrysler perd 5,7%, plus forte baisse du Stoxx 60 ;
vicitme d'arbitrages après l'émission de 2,5 milliards de dollars d'obligations
convertibles et l'offre de 87 millions d'action à 11 dollars le titre.
 
    Sur le marché obligataire, les rendements sur la dette grecque se détendent
légèrement. Les coûts d'emprunt à court terme du pays s'étaient envolés
mercredi, dépassant nettement les rendements à long terme, une inversion
inhabituelle qui reflète la crainte des investisseurs de voir l'instabilité
politique ramener Athènes au bord du défaut de paiement. 
    Ce mouvement fait suite à un vif regain de tension sur les marchés mardi
après la décision du Premier ministre Antonis Samaras d'avancer l'élection
présidentielle de deux mois, un pari qui risque de propulser au pouvoir le parti
Syriza, ancré à gauche et opposé au plan d'aide international.
    Sur le front du pétrole, les cours du Brent reprennent un peu de terrain
après avoir chuté de près de 4% mercredi, tandis que ceux du brut léger
américain dégringolaient de près de 5%. Toutefois, les déclarations du ministre
du Pétrole saoudien écartant toute baisse de la production freine le rebond.    
   
    Sur le marché des changes, le dollar souffle un peu après avoir cédé 3% en
trois jours face au yen sous le coup de prises de profit, tandis que l'euro se
maintient autour de 1,2466 dollar, après avoir atteint un pic de 1,2496 dans la
matinée alors qu'il avait touché un plus bas de deux ans lundi, à 1,2247 dollar.
  
    
    * Tableau des principaux marchés mondiaux : 

 (Avec Alexandre Boksenbaum-Granier, Juliette Rouillon pour le service français,
édité par Benoit Van Overstraeten)