LEAD 2-Le risque d'une entrée de la France en déflation se renforce

jeudi 11 décembre 2014 12h42
 

(Actualisé avec autres réactions et contexte européen)

PARIS, 11 décembre (Reuters) - Le ralentissement de l'inflation en France renforce l'hypothèse d'un risque de basculement de la deuxième économie de la zone euro dans la déflation, estiment jeudi des économistes.

L'Insee a annoncé que le rythme annuel de l'inflation avait ralenti en novembre à 0,3%, après 0,5% en octobre, et que l'inflation sous-jacente, qui exclut les prix volatils, était négative pour la première fois depuis que la série existe.

Selon Dominique Barbet, économiste chez BNP Paribas CIB, ce dernier indicateur "pose désormais la question de la déflation".

"En gardant à l'esprit que le taux d'inflation annuel reflète toujours l'impact de la hausse de la TVA début 2014, nous devons nous attendre à ce que le taux principal tombe en territoire négatif au début de l'année prochaine", ajoute-t-il.

Selon Marie-Pierre Ripert, économiste chez Natixis, "l'inflation française devrait tomber vers 0% en décembre".

"Nous prévoyons que l'inflation française sera négative au début de l'année prochaine (-0,1%/-0,2% en février)", ajoute-t-elle, sans employer le mot "déflation".

L'Insee définit la déflation comme "le gain du pouvoir d'achat de la monnaie qui se traduit par une diminution générale et durable des prix ; c'est une inflation négative".

"Déflation ? Voici la question du moment", commente pour sa part Philippe Waechter, chef économiste de Natixis Asset Management, sur Twitter.   Suite...