France-L'armée de l'air essuie les plâtres avec l'A400M

mercredi 10 décembre 2014 16h28
 

PARIS, 10 décembre (Reuters) - L'armée de l'air française n'a pas encore atteint le niveau de maturité souhaité pour l'A400M d'Airbus, l'avion de transport européen entièrement neuf dont elle est le premier client, a déclaré mercredi son chef d'état-major.

L'A400M, développé par la France, la Belgique, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, le Luxembourg, l'Espagne et la Turquie a coûté plus de 20 milliards d'euros et compte 170 commandes, dont 50 pour Paris.

La France, qui a réceptionné son premier exemplaire à l'été 2013, prendra livraison du sixième ce mois-ci.

"Tout est neuf dans cet avion : moteurs, avioniques, gestion du cargo, tout est innovation", a expliqué le général Denis Mercier lors d'une rencontre organisée par l'Association des journalistes de défense (AJD).

"Quand qu'on est les premiers à mettre cela en oeuvre, rien n'est facile. Aujourd'hui on essuie les plâtres", a-t-il ajouté.

La Turquie et la Grande-Bretagne ont également réceptionné leur premier exemplaire, respectivement en avril et en novembre.

Airbus Group a fait savoir à la mi-novembre qu'il finaliserait des "mesures correctives" pour l'A400M début 2015, lors de la publication de ses résultats 2014, citant des difficultés liées à la montée en cadence du programme et aux demandes des clients lors des livraisons.

"Il va falloir encore un peu de temps pour que l'avion ait le niveau de maturité qu'on espère", a ajouté le général Mercier. "Aujourd'hui, le taux de disponibilité n'est pas suffisant, mais on a une vision claire de ce qu'on peut faire et on y travaille d'arrache-pied avec Airbus."   Suite...