La croissance va continuer de ralentir en Europe-OCDE

lundi 8 décembre 2014 12h00
 

PARIS, 8 décembre (Reuters) - La croissance devrait continuer à s'infléchir en Europe, tout particulièrement en Allemagne et en Italie mais aussi en Grande-Bretagne, et rester stable à son niveau de début d'année dans les autres économies de la zone OCDE, a indiqué lundi l'Organisation de coopération et de développement économiques.

Les indicateurs composites avancés mensuels de l'OCDE, conçus pour anticiper les points de retournement de l'activité, signalent aussi pour les grands pays émergents une stabilisation de la dynamique de croissance en Chine et au Brésil, du mieux en Inde et une dégradation en Russie.

L'indicateur global pour la zone OCDE est stable à 100,4, le seuil de 100 correspondant à la tendance de long terme de l'activité économique.

Celui des seuls pays du G7 est de même inchangé à 100,3, signalant également une dynamique de croissance stable.

La tendance de l'indicateur de la zone euro est toujours à l'infléchissement de croissance même s'il se stabilise à 100,6.

L'Allemagne, avec un recul de 0,2 point à 99,5, un plus bas depuis février 2013, mène le mouvement, mais l'Italie accuse aussi une baisse de 0,1 point à 101,1 qui témoigne d'un ralentissement de sa dynamique de croissance. L'indicateur pour la France progresse de 0,1 point, à 100,3.

L'infléchissement de la croissance de la Grande-Bretagne (-0,1 point à 100,4) se confirme mois après mois depuis l'été mais à partir d'un niveau élevé, note l'OCDE.

La dynamique de croissance reste en revanche stable aux Etats-Unis (100,4).

L'indicateur pour le Japon (inchangé à 99,7) interrompt sa baisse entamée en début d'année et signale une possible inflexion positive de la croissance.

Chez les grandes économies émergentes, les indicateurs témoignent d'une stabilité de la dynamique de croissance en Chine (+0,1 à 99,2) et au Brésil (+0,1 à 99,4), une inflexion positive qui se confirme en Inde (+0,2 à 99,6) et un possible infléchissement en Russie (-0,2 à 100,5). (Yann Le Guernigou, édité par Marc Angrand)