Alstom Transport-Craintes de suppressions d'emplois à Belfort

vendredi 5 décembre 2014 11h36
 

PARIS, 5 décembre (Reuters) - Les syndicats d'Alstom craignent l'annonce début 2015 d'un plan de suppression d'emplois dans l'activité ferroviaire du site de Belfort en raison de la chute des commandes de trains, a indiqué vendredi Didier Lesou, délégué syndical central CFE-CGC.

Sur la base de contacts avec la direction d'Alstom, le plan pourrait concerner 320 postes sur les 570 que compte le site, a-t-il précisé, confirmant des informations de presse.

"Le problème, c'est qu'il n'y a pas de commandes parce que l'Etat ne renouvelle pas sa flotte de TGV, qui est vieillissante sur certains sillons (...) et que, côté locomotives, il ne commande plus rien", a expliqué Didier Lesou.

Selon une porte-parole du groupe, "aucun plan de restructuration n'a fait l'objet d'une annonce par Alstom".

Le PDG Patrick Kron a reconnu vendredi "des problèmes de charge à Belfort", sans confirmer les chiffres de suppressions d'emplois potentielles avancés par la CFE-CGC.

"Le niveau de charge n'est pas assez élevé pour les effectifs qu'on a (...), on est en train de discuter avec les partenaires sociaux", a-t-il déclaré à Reuters en marge d'une conférence.

Didier Lesou, dont le syndicat est majoritaire chez Alstom, souligne également les risques qui pèsent sur l'activité des sites de La Rochelle (Charente-Maritime) et de Reichshoffen (Bas-Rhin), eux aussi concernés par la baisse du marché des TGV, mais aussi des tramways et des trains express régionaux (TER) respectivement.

La Fédération des Industries Ferroviaires (FIF) a estimé dans un communiqué diffusé jeudi que 10.000 à 15.000 emplois risquaient de disparaître dans le secteur ferroviaire en France d'ici à 2018 en raison d'un effondrement du marché national du matériel roulant dès 2016 sur la plupart des segments.

La FIF, qui rassemble plus de 280 entreprises et représente l'ensemble des activités de lindustrie ferroviaire, appelle l'Etat à des mesures d'urgence, notamment à une levée d'options sur les marchés de TER en cours.   Suite...