4 décembre 2014 / 14:23 / dans 3 ans

LEAD 2-Plan de relance-Le patron du BTP verra Macron le 18 décembre

* La FNTP déplore le blocage du plan de relance autoroutier

* La rencontre Royal-Macron-autoroutes n‘a rien donné-Cavagné

* Jusqu‘à 11% de baisse d‘activité vue en 2015, après -5% en 2014 (Actualisé avec confirmation du ministère, §2)

par Gilles Guillaume

PARIS, 4 décembre (Reuters) - Le président de la Fédération nationale des travaux publics (FNTP) Bruno Cavagné rencontrera le ministre de l‘Economie Emmanuel Macron le 18 décembre pour l‘interpeller sur les difficultés du secteur.

Lors de cette rencontre, confirmée par Bercy, il plaidera notamment pour une mise en oeuvre rapide du plan de relance autoroutier de 3,2 milliards d‘euros, dont la concrétisation se fait attendre sur fond de discussions entre les sociétés d‘autoroutes et le gouvernement sur les tarifs des péages.

“On mélange tout”, a déclaré Bruno Cavagné en marge d‘une conférence de presse de la FNTP sur le bilan et les perspectives du secteur. “J‘appelle le gouvernement à appliquer le contrat et à travailler parallèlement avec les concessionnaires pour régler le problème des concessions.”

Le plan de relance réserve 55% des travaux aux PME extérieures aux groupes de BTP également concessionnaires autoroutiers. Les principaux réseaux sont contrôlés par Vinci (autoroutes ASF et Cofiroute), Eiffage (APRR) et le groupe espagnol Abertis (Sanef).

Selon Bruno Cavagné, une réunion qui s‘est tenue mercredi soir entre l‘Association des sociétés françaises d‘autoroutes (Asfa), la ministre de l‘Ecologie Ségolène Royal et Emmanuel Macron n‘a rien donné de nouveau, le gouvernement ayant demandé aux concessionnaires de revenir vers lui d‘ici dix jours avec des propositions de solutions.

Aucun commentaire n‘a pu être obtenu dans l‘immédiat auprès de l‘Asfa et du ministère de l‘Ecologie.

La FNTP attend avec impatience le plan de relance autoroutier, censé créer 15.000 emplois, alors que 2014, “année blanche” en nouveaux projets à cause de la pénurie de financement liée à l‘abandon de l‘Ecotaxe, s‘achève pour le secteur sur une baisse d‘activité de 5% et sur la destruction de 8.000 emplois.

En 2015, la fédération prévoit au mieux une nouvelle baisse d‘activité de 5%, et au pire une chute de 11%. Les premiers effets du plan de relance sur les entreprises du secteur n‘étant pas attendus avant six à neuf mois, elle redoute l‘an prochain la perte de 16.000 emplois supplémentaires.

La FNTP a prévu par ailleurs de présenter d‘ici début mars au président de la République les résultats d‘une enquête auprès des collectivités locales, afin d‘établir une liste des besoins réels d‘investissements dans les infrastructures. (Edité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below