LEAD 3-Poutine accuse les ennemis de la Russie de vouloir sa perte

jeudi 4 décembre 2014 15h52
 

(Actualisé avec réactions d'économistes, deux derniers paragraphes)

par Timothy Heritage et Alexei Anishchuk

MOSCOU, 4 décembre (Reuters) - Vladimir Poutine a défendu jeudi sa politique ukrainienne et a accusé les ennemis de la Russie de travailler à sa perte et à la destruction de son économie.

Dans son discours annuel sur l'état de la fédération, aux accents nationalistes très marqués, le président russe a estimé que les événements survenus depuis le début de l'année en Ukraine illustraient la justesse de sa politique et le cynisme de l'Occident.

"Ce à quoi nous assistons en Ukraine, la tragédie dans le Sud-Est, confirme pleinement que notre position est juste", a-t-il déclaré.

Il a défendu l'annexion en mars dernier par la Russie de la presqu'île de Crimée, qui faisait partie de l'Ukraine depuis les années 1950 du temps de l'Union soviétique, expliquant que "le coup d'Etat" mené en février à Kiev avec le soutien des Occidentaux avait radicalement changé la donne.

"Pour la Russie, la Crimée a un sens civilisationnel et sacré", et "enfin a eu lieu la réunification historique de la Crimée et de Sébastopol avec la Russie".

Les "ennemis d'hier" de la Russie, a-t-il poursuivi, veulent lui faire subir le même sort que la Yougoslavie des années 1990. "Il ne fait aucun doute qu'ils auraient aimé voir à l'oeuvre chez nous le scénario yougoslave d'un effondrement et d'un démembrement avec toutes les tragiques conséquences que cela aurait eu pour les peuples de Russie. Cela ne s'est pas produit. Nous ne l'avons pas permis."

Pour Poutine, les Occidentaux étaient à ce point déterminés à détruire la Russie que des sanctions lui auraient de toute façon été imposées même sans le prétexte de la crise en Ukraine. "A chaque fois qu'ils pensent que la Russie est devenue forte, ils s'en remettent à cet instrument", a-t-il dit.   Suite...