LEAD 1-Londres veut taxer les "profits détournés" des multinationales

mercredi 3 décembre 2014 17h18
 

(Actualisé avec précisions sur les sociétés susceptibles d'être visées, contexte, réactions)

LONDRES, 3 décembre (Reuters) - Le Royaume-Uni va introduire une taxe de 25% sur les profits générés par les multinationales, qui, tels les géants d'internet Google ou Amazon , recourent à des mécanismes complexes pour transférer leurs bénéfices hors du pays et échapper ainsi à l'impôt.

"Nous allons faire en sorte que les grandes multinationales paient leur part", a annoncé mercredi le ministre des Finances, George Osborne, au Parlement lors de son discours d'automne sur la situation économique et budgétaire.

"Certaines des plus grandes enterprises mondiales, notamment celles du secteur des nouvelles technologies, ont recours à des dispositifs complexes pour se soustraire à l'impôt", a-t-il ajouté.

Des entreprises comme Google, la chaîne de cafés Starbucks et le site de commerce en ligne Amazon paient un impôt sur les sociétés minimal en Grande-Bretagne en transférant des revenus vers des pays appliquant de faibles taux d'imposition, par exemple par le biais de jeux d'écriture internes.

"Aujourd'hui j'institue une taxe de 25% sur les profits que les multinationales réalisent ici au Royaume-Uni et qu'elles transfèrent ensuite artificiellement hors du pays", a dit George Osborne.

Cette "taxe sur les bénéfices détournés" (Diverted Profits Tax) est une première mondiale et devrait rapporter plus d'un milliard de livres (1,3 milliard d'euros) sur les cinq prochaines années, a souligné le chancelier de l'Echiquier.

Des spécialistes des questions fiscales doutent cependant de l'efficacité de mesures unilatérales de ce type.

Pour Toby Ryland, associé au sein du cabinet comptable HW Fisher & Company, une telle taxe, souvent baptisée "taxe Google", semble être une bonne idée dans son principe mais elle ne devrait guère ennuyer les multinationales.   Suite...