LEAD 1-France et Allemagne vont s'allier dans les batteries

mardi 2 décembre 2014 18h33
 

(Actualisé avec éléments complémentaires)

BERLIN, 2 décembre (Reuters) - La France et l'Allemagne vont s'allier dans les batteries pour véhicules électriques, a annoncé mardi le ministre allemand de l'Economie Sigmar Gabriel, évoquant les futurs investissements franco-allemands.

Son homologue français, Emmanuel Macron, a précisé que les deux pays voulaient se mettre d'accord d'ici mi-décembre sur ces projets communs.

"Une grande entreprise allemande a cessé la production de batteries, ce qui fait que nous sommes entièrement dépendants de la production en Asie", a dit Sigmar Gabriel lors d'une conférence de presse à l'issue d'un conseil économique et financier bilatéral à Berlin.

"Nous pensons que la France et l'Allemagne doivent réunir leurs efforts dans le domaine de la recherche pour développer les batteries pour l'électromobilité", a-t-il ajouté.

Sigmar Gabriel faisait probablement référence à une usine appartenant au constructeur allemand Daimler, dont le Spiegel a rapporté mi-novembre la fermeture.

Dans un communiqué commun, les deux gouvernements précisent vouloir rassembler les parties prenantes du secteur, dont les PME innovantes, et évaluer le soutien que les deux Etats peuvent fournir en vue de la construction d'un site de production.

Emmanuel Macron a déclaré que les deux gouvernements voulaient, d'ici le conseil européen mi-décembre, "définir les quelques projets franco-allemands importants" qui doivent compléter le plan d'investissements annoncé par la Commission européenne.

Les batteries sont une partie stratégique de l'architecture des voitures électriques. Le constructeur automobile français Renault se fournit auprès de son partenaire japonais Nissan et du constructeur sud-coréen LG, tandis que PSA Peugeot Citroën travaille avec le japonais Mitsubishi.

La France compte quelques fabricants de batteries électriques comme Saft dans le lithium-ion qui compte un site de production pour l'automobile en région Poitou-Charentes, ou Bolloré qui produit en Bretagne des batteries dites solides, mais les véhicules les utilisant représentent des volumes limités. (Bureau de Berlin, avec Jean-Baptiste Vey et Gilles Guillaume à Paris, édité par Dominique Rodriguez)