Lautenschläger (BCE)-Peu de marge de manoeuvre pour un assouplissement

dimanche 30 novembre 2014 16h32
 

BERLIN, 30 novembre (Reuters) - Sabine Lautenschläger, membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE), a déclaré samedi qu'elle discernait peu de possibilités d'assouplir encore la politique monétaire en dépit d'une nouvelle baisse de l'inflation en zone euro.

Elle a ajouté que les effets d'un rachat de dettes souveraines à grande échelle ne seraient pas positifs.

"Pour ce qui me concerne, au vu de la situation actuelle, les obstacles à de nouvelles mesures sont très élevés, surtout s'il s'agit de programmes de rachat de grande ampleur", a-t-elle dit, selon la traduction officielle d'un discours prononcé à Berlin, à cinq jours de la prochaine réunion de politique monétaire de la BCE.

L'innovation en matière de politique monétaire n'est pas tabou mais elle n'est pas une fin en soi, a-t-elle ajouté, estimant qu'il fallait évaluer attentivement son efficacité.

L'inflation dans la zone euro a encore ralenti en novembre, à 0,3% en rythme annuel après 0,4% en octobre, loin de l'objectif de la BCE d'un taux légèrement inférieur à 2%.

La BCE pourrait décider dès le premier trimestre de l'année prochaine s'il y a lieu de lancer un programme de rachat d'emprunts d'Etat, avait déclaré mercredi dernier son vice-président Vitor Constancio.

Une telle initiative serait considérée d'un point de vue extrêmement critique par Berlin.

"Si l'on considère les avantages et les inconvénients, au vu des opportunités et des risques d'un vaste programme de rachat d'emprunts d'Etat, le résultat ne sera pas positif à l'heure actuelle", a ajouté Lautenschläger.

Jens Weidmann, président de la Bundesbank et membre du Conseil des gouverneurs de la BCE, a jugé vendredi illusoire de penser que les banques centrales puissent doper le potentiel de croissance d'un pays pendant une période prolongée.   Suite...