La croissance en Inde ralentit à 5,3% au troisième trimestre

vendredi 28 novembre 2014 14h45
 

NEW DELHI, 28 novembre (Reuters) - La croissance en Inde a ralenti à 5,3% sur un an au troisième trimestre, ce qui pourrait inciter la Banque centrale à baisser ses taux directeurs et le gouvernement de Narendra Modi à accélérer le rythme de ses réformes.

Limitée par la faiblesse du secteur manufacturier, cette hausse du produit intérieur brut (PIB) est inférieure au taux de 5,7% enregistré au deuxième trimestre, qui correspondait alors à un plus haut de deux ans et demi pour la troisième économie d'Asie.

Elle est cependant supérieure aux 5,1% attendus en moyenne par les économistes interrogés par Reuters, en raison de la vigueur du secteur des services et de la performance meilleure que prévu du secteur agricole.

"La balle est maintenant dans le camp du gouvernement pour stimuler la croissance en créant des conditions favorables à l'investissement et en faisant avancer les réformes", juge Shivom Chakrabarti, économiste à la banque HDFC. "Cela aura un impact plus prononcé sur la croissance l'année prochaine."

Préoccupé par le niveau de croissance et encouragé par la faiblesse des cours du pétrole et de l'inflation, le ministre des Finances Arun Jaitley a demandé au gouverneur de la Banque centrale indienne Raghuram Rajan de baisser les taux d'intérêts lors de la prochaine réunion de politique monétaire de son institution prévue le 2 décembre, ont déclaré des responsables ministériels à Reuters.

"Si le chiffre avait été très très bas, le gouverneur aurait subi des pressions pour l'inciter à agir immédiatement. Le fait que la croissance globale du PIB ait été meilleure que prévu lui donne un répit jusqu'à la réunion suivante pour examiner une baisse des taux", nuance toutefois Upasna Bhardwaj, économiste à la banque ING Vysya.

Les économistes interrogés par Reuters jugent peu probable une baisse des taux lors de la prochaine réunion. (Manoj Kumar; Bertrand Boucey pour le service français)