27 novembre 2014 / 15:23 / il y a 3 ans

LEAD 1-France-Le taux d'emprunt à 10 ans tombe à moins de 1%

* Le taux allemand tombe également à un plus bas à 0,7%

* L'inflation allemande au plus bas depuis février 2010 (Actualisé avec commentaire et graphique)

par Alexandre Boksenbaum-Granier

PARIS, 27 novembre (Reuters) - Le taux de l'emprunt d'Etat français à 10 ans est tombé pour la première fois sous le seuil de 1% jeudi après-midi face à la perspective de voir la Banque centrale européenne prendre de nouvelles mesures de soutien à l'économie en zone euro.

A 16h02, le taux français à 10 ans se négocie à 1,01% après être tombé à un nouveau plus bas à 0,996%, contre 1,053% la veille. Son équivalent allemand tombe de son côté à 0,71%, après également un nouveau plus bas historique à 0,701%, pendant que le taux espagnol est à 1,91% et l'italien à 2,09%.

Graphique de l'évolution des taux souverains depuis 2008 :

bit.ly/1HIAogU

"Noël approche (...) Il semble que les investisseurs sont en train d'obtenir les choses les plus importantes de leur liste de cadeaux : un plan européen et davantage de QE (assouplissement quantitatif)", souligne dans une note les analystes crédit de RBS.

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a présenté mercredi à Strasbourg ce Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS) qui devrait permettre de mobiliser 315 milliards d'euros sur trois ans.

De son côté, Vitor Constancio, vice-président de la BCE, a déclaré, également mercredi, que la banque centrale de la zone euro pourrait décider de lancer un programme de rachat d'emprunts d'Etat dès le premier trimestre de l'année prochaine s'il y a lieu.

"PLUS UNE SARBACANE QU'UN BAZOOKA"

"Le plan d'investissement de Juncker est plus une sarbacane qu'un bazooka", considèrent les analystes de RBS.

Ils estiment en outre que davantage de mesures de la part de la BCE pourrait ne pas se répercuter automatiquement sur la croissance.

"Premièrement, la politique budgétaire est beaucoup plus stricte en zone euro qu'au Japon et aux Etats-Unis quand ils ont lancé leur QE (...) Deuxièmement, acheter des emprunts d'Etat ou de la dette d'entreprises ne facilitera pas le financement ou ne rendra pas ce financement moins coûteux pour les PME, qui représentent plus de la moitié de l'économie en zone euro et qui réalisent environ 85% des créations d'emplois", relève RBS.

Le président de la Banque centrale européenne Mario Draghi a ouvert la semaine dernière la voie à des initiatives de politique monétaire plus radicales pour relancer l'économie de la zone euro, estimant que l'inflation "excessivement basse" devait être rapidement augmentée par tous les moyens nécessaires.

L'inflation en Allemagne a ralenti en novembre à 0,5% sur un an, son plus bas niveau depuis février 2010, montrent les statistiques en première estimation publiées par l'Office fédéral des statistiques ce jeudi quelques minutes avant les nouveaux plus bas enregistrés par les taux souverains français et allemands.

Bien décidée à redonner de l'élan à la zone euro et à lui épargner la déflation, la BCE a déjà commencé à acheter des obligations sécurisées et des titres adossés à des actifs (ABS), et elle compte porter la taille de son bilan à son niveau de mars 2012, ce qui revient à l'augmenter de 1.000 milliards d'euros.

Ces opérations s'ajoutent à des taux directeurs fixés très bas par la BCE, à 0,05% pour le taux de refinancement, à 0,30% pour le taux de prêt marginal et à -0,20% pour le taux de facilité de dépôt. (Edité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below