Un duo chinois intéressé par le ferroviaire de Finmeccanica-sces

jeudi 27 novembre 2014 12h21
 

par Danilo Masoni

MILAN, 27 novembre (Reuters) - Le groupe chinois Insigma Technology s'est associé à son compatriote Xinzhu pour faire une offre sur les actifs ferroviaires du groupe italien Finmeccanica, ont déclaré deux sources proches du dossier, ce qui pourrait contrecarrer une offre concurrente d'Hitachi.

Finmeccanica cherche à vendre sa filiale déficitaire AnsaldoBreda, qui construit des rames, ainsi que sa participation de 40% dans Ansaldo STS, un spécialiste des systèmes de signalisation ferroviaire, afin de réduire son endettement et de se recentrer sur l'aérospatial et la défense.

Les sources ont indiqué à Reuters qu'Insigma avait conclu un accord avec l'équipementier du BTP Xinzhu en vue de soumettre une offre éventuelle, tout en demandant à Finmeccanica un délai de quelques semaines pour examiner les comptes d'AnsaldoBreda avant de présenter sa proposition.

L'administrateur délégué de Finmeccanica Mauro Moretti avait donné aux acheteurs potentiels jusqu'au 17 novembre pour soumettre leurs offres mais le groupe italien a reçu seulement une proposition d'Hitachi.

L'agence japonaise Nikkei avait rapporté ce mois-ci qu'Hitachi était susceptible de formuler une offre aux alentours de 1,7 milliards de dollars pour ces actifs.

L'offre chinoise soumet à présent l'administrateur délégué de Finmeccanica à un dilemme: soit le groupe italien entre en négociations exclusives avec Hitachi soit il prolonge la période de cession de ses actifs. "La balle est dans le camp de Finmeccanica", a déclaré une source.

Finmeccanica a refusé de commenter l'information et les responsables de United Mechanical and Electrical, la filiale d'Insigma impliquée dans la transaction, n'étaient pas immédiatement joignables.

Une vente d'AnsaldoBreda et d'Ansaldo STS, qui a une capitalisation boursière de 1,7 milliard d'euros, pourrait raviver les opérations de fusions et acquisitions en Europe après la tentative avortée de fusionner les activités ferroviaires de Siemens et d'Alstom.

La proposition de rachat des actifs de Finmeccanica par le duo chinois avait été initialement rapporté mercredi par le quotidien italien Corriere della Sera. (avec Antonella Cinelli à Rome, Claude Chendjou pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)