Thales-Logak devrait être nommé jeudi PDG par intérim-source

mercredi 26 novembre 2014 12h59
 

PARIS, 26 novembre (Reuters) - Thales devrait nommer jeudi son secrétaire général Philippe Logak PDG par intérim du groupe en attendant de trouver un successeur à Jean-Bernard Lévy, a-t-on appris mercredi de source proche du dossier, confirmant une information des Echos.

L'intérim à la tête de l'équipementier d'aérospatiale et de défense est prévu pour durer au moins 15 jours et au maximum jusqu'à la fin de l'année, a précisé cette source.

"L'Etat est sur une piste de recrutement interne, Dassault préfère un candidat externe", a dit cette source, confirmant une information publiée début novembre par Reuters.

Le conseil d'administration de Thales est programmé jeudi matin à 11h00. Il était prévu à l'origine lundi, avant d'être reporté à deux reprises.

Ni Thales ni Dassault n'étaient immédiatement disponibles pour commenter, tandis que Bercy n'a pas souhaité faire de commentaire dans l'immédiat.

Ancien secrétaire général de SFR, filiale du conglomérat Vivendi alors dirigé par Jean-Bernard Lévy, Philippe Logak occupe ce même poste chez Thales depuis 2013. Il a démarré sa carrière en 1995 à la direction générale pour l'armement du ministère de la Défense.

L'Etat et Dassault Aviation, qui détiennent respectivement 26% et 25% de l'équipementier d'aérospatiale et de défense, doivent se mettre d'accord sur les modalités de la succession de Jean-Bernard Lévy, dont la nomination à la tête d'EDF était prévue ce mercredi en conseil des ministres.

Deux candidats en interne sont souvent cités pour succéder à Jean-Bernard Lévy : Pierre-Eric Pommellet, responsable des systèmes de mission de défense de Thales, présenté comme le préféré de Dassault, et Patrice Caine, actuel numéro deux du groupe nommé par Jean-Bernard Lévy.

En externe, plusieurs noms ont successivement circulé, comme Antoine Bouvier, patron du fabricant de missiles MBDA, et Jean-François Cirelli, numéro deux sortant de GDF Suez.

Jean-Bernard Lévy, choisi le 15 octobre par le gouvernement pour succéder à Henri Proglio à la tête d'EDF, avait été nommé PDG de Thales il y a moins de deux ans, fin 2012.

La succession de Luc Vigneron, poussé vers la sortie sur fond de grogne interne, avait déjà donné lieu à d'âpres discussions entre l'Etat et Dassault Aviation, pour aboutir à un consensus, avec le choix de Jean-Bernard Lévy, qui venait de quitter Vivendi six mois plus tôt. (Cyril Altmeyer, édité par Jean-Michel Bélot)