La cigarette électronique, objet d'une course aux brevets

lundi 24 novembre 2014 18h19
 

LONDRES, 24 novembre (Reuters) - Les fabricants de cigarettes électroniques sont désormais engagés dans une véritable course à l'échelle mondiale pour concevoir et s'approprier de nouvelles variations d'une technologie dont les retombées se chiffrent déjà en milliards d'euros.

L'analyse des données de Thomson Reuters montrent qu'environ 650 brevets liés à la cigarette électronique ont été déposés depuis le début de l'année, contre plus de 500 l'an dernier, 220 en 2012 et seulement huit en 2005.

La Chine, qui compte plus de 300 millions de fumeurs, fait course en tête avec 64% des plus de 2.000 brevets recensés au total par Thomson Reuters, aussi bien dans le développement que la fabrication de ces produits, un marché désormais estimé à 3,5 milliards de dollars (2,82 milliards d'euros).

Derrière la République populaire figurent les Etats-Unis, avec 14% des brevets, et la Corée du Sud avec 9%.

Les multinationales du tabac s'efforcent de ne pas se laisser distancer dans ce domaine qui a déstabilisé en partie leurs activités historiques : le groupe britannique Imperial Tobacco a racheté l'an dernier pour 75 millions de dollars la totalité des brevets détenus par Hon Lik, un chercheur en médecine chinois auquel on attribue l'invention de la cigarette électronique en 2003.

Et il poursuit en justice plusieurs de ses concurrents, qu'il accuse d'enfreindre certains de ses brevets exclusifs.

Parmi les innovations brevetées cette année figurent un dispositif permettant à l'utilisateur d'une cigarette électronique de plafonner le nombre de bouffées qu'il peut inhaler, afin de limiter sa consommation, un brevet déposé par l'américain Philip Morris.

Une filiale du groupe mCig prévoit quant à elle de commercialiser des "VitaCigs" contenant vitamines et compléments nutritifs, tandis qu'une société dénommé Energy Shisha veut vendre un dispositif dérivé de la cigarette électronique permettant d'inhaler de la caféine.

Plusieurs brevets mentionnent aussi le tétrahydrocannabinol (THC), la substance active du cannabis.

* Graphique des dépôts de brevets: link.reuters.com/jyh53w (Martinne Geller et Ben Hirschler, Marc Angrand pour le service français, édité par Juliette Rouillon)