France-Macron invite les partenaires sociaux à améliorer l'ANI

jeudi 20 novembre 2014 11h42
 

PARIS, 20 novembre (Reuters) - Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a invité jeudi les partenaires sociaux à faire évoluer l'accord national interprofessionnel (ANI) de 2013 pour donner plus de flexibilité aux entreprises et aux salariés.

Ces déclarations font écho aux pistes de réformes du marché du travail évoquées ces derniers jours par des sources au sein de l'exécutif interrogées par Reuters.

Seuls six accords liés à l'ANI visant à éviter les licenciements ont été signés dans les entreprises, a souligné Emmanuel Macron, ce qui prouve selon lui que l'on a bridé un bon outil "en voulant trop bien faire".

"J'espère que dans les prochains mois, les partenaires sociaux, puis le législateur, pourront prendre en compte des aménagements de l'accord de 2013 parce que l'expérience montre, après un peu plus d'un an, qu'il est sans doute trop restrictif", a-t-il dit devant une commission d'enquête de l'Assemblée nationale sur la réduction du temps de travail.

Il a critiqué la limitation à deux ans de la durée de ces accords d'entreprise et estimé que l'obligation pour une entreprise de passer devant un juge pour suspendre un accord et licencier provoquait un rejet.

"Beaucoup de patrons disent : 'si c'est ça, je préfère ne même pas négocier d'accord'", a dit Emmanuel Macron. "A vouloir trop bien faire, on a créé des contraintes qui ont un peu stérilisé l'instrument".

Pour réformer, plus généralement, le marché du travail, "le pari que nous devons faire, c'est de mieux faire fonctionner notre démocratie sociale", a-t-il estimé. "C'est ainsi que l'on pourra progressivement rendre la loi plus intelligente." (Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)