USA-Johnson & Johnson et Boston Scientific en procès sur Guidant

mercredi 19 novembre 2014 09h11
 

NEW YORK, 19 novembre (Reuters) - Dix ans après s'être opposés pour le rachat du fabricant d'appareils cardiovasculaires Guidant, finalement avalé par Boston Scientific pour 27 milliards de dollars, Johnson & Johnson et son concurrent se retrouvent devant un tribunal de New York à partir de mercredi.

J&J conteste les conditions dans lesquelles Boston Scientific a pu surenchérir pour finalement mettre la main sur le fabricant d'appareils cardio-vasculaires et réclame plus de cinq milliards de dollars (4 milliards d'euros) de dédommagements à son concurrent, une somme énorme eu égard de la capitalisation boursière de celui-ci - 17,8 milliards de dollars.

J&J et Guidant s'étaient entendus en 2004 sur une fusion à 21,5 milliards de dollars. Pour éviter tout risque d'abus de position dominante, l'accord prévoyait que J&J cède certains actifs de Guidant à Abbott Laboratories.

L'accord comportait une clause de "non sollicitation" qui interdisait à Guidant de négocier avec d'autres prétendants.

Avant la finalisation de la fusion, Boston Scientific a soumis une offre non sollicitée de 25 milliards qui prévoyait là aussi des cessions d'actifs à Abbott. J&J a très vite soupçonné Guidant d'avoir fourni des informations sensibles à Abbott sans lesquelles, fait-il valoir, Boston Scientific n'aurait pu monter son offre.

Boston Scientific a finalement acquis Guidant pour 27 milliards de dollars mais, non content d'avoir touché une indemnité de rupture de 705 millions de dollars, J&J a porté plainte contre Guidant pour violation de contrat en 2006.

Le procès, orchestré par le juge de district Richard Sullivan, devrait se prolonger jusqu'en décembre.

J&J tentera de prouver qu'il a perdu beaucoup d'argent dans l'affaire, même si son cours de Bourse a depuis grimpé alors que celui de Boston Scientific a reculé, plombé entre autres par la fusion avec Guidant qui s'est révélée compliquée et a même été qualifiée par le magazine Forbes de "plus gros échec d'une opération de fusion-acquisition depuis AOL/Time Warner."

Boston Scientific entend plaider de son côté que Guidant n'a pas violé ses accords avec J&J en connaissance de cause. (Joseph Ax, Véronique Tison pour le service français)