18 novembre 2014 / 09:59 / il y a 3 ans

LEAD 2-Vector Capital clarifie sa position sur Technicolor

* Le fonds souhaite une nouvelle revue stratégique indépendante

* Vector Capital souhaite rester un actionnaire de long terme

* L'action grimpe de plus de 5%, plus forte hausse du SBF 120 (Actualisé avec réaction de Technicolor et précisions)

par Alexandre Boksenbaum-Granier

PARIS, 18 novembre (Reuters) - Vector Capital a clarifié mardi sa position sur Technicolor, dont le fonds est le principal actionnaire, son fondateur et directeur général ayant déclaré au journal Les Echos souhaiter une nouvelle revue stratégique du groupe conduite par un tiers indépendant.

Alex Slusky assure également que Vector Capital, qui détient encore 13% du capital de Technicolor, n'entend pas céder le solde de sa participation mais veut rester un actionnaire de long terme du groupe spécialisé dans les technologies destinées au cinéma et à la télévision, dont il juge que la valeur peut encore progresser.

"Vector Capital se dévoile et clarifie sa position", a réagi une porte-parole de Technicolor contactée par Reuters.

Technicolor a annoncé au début du mois avoir décidé d'assigner Vector Capital devant le tribunal de commerce de Nanterre, ce qui a alors fait chuter le titre en Bourse, certains anticipant notamment la cession des parts du fonds.

"Nous souhaitons qu'une vraie revue stratégique soit conduite par une tierce partie indépendante pour l'après-Amplify 2015", déclare aux Echos Alex Slusky, pour qui de nombreux objectifs de ce plan stratégique ont déjà été atteints (amélioration des cash-flows, baisse des coûts ou encore remboursement de la dette).

"Si la direction accepte une telle revue stratégique, nous sommes prêts à nous engager juridiquement à ne pas céder le moindre titre pendant toute la durée de ce travail."

LA VALEUR DE TECHNICOLOR POURRAIT DOUBLER

Le fonds préconise une séparation des activités du groupe en laissant dans Technicolor l'activité technologique et ses brevets.

"C'était d'ailleurs déjà prévu dans Amplify 2015, mais c'est resté lettre morte", souligne Alex Slusky.

"Nous pensons que les différentes activités se porteraient mieux si elles étaient logées dans des entités séparées et gérées par des hommes connaissant bien leurs spécificités (...) Elles n'ont en effet pas grand-chose à voir en termes d'objectifs, de besoins ou de stratégie."

Alex Slusky précise, citant les analystes de J.P. Morgan, que la valeur de Technicolor pourrait pratiquement doubler si le management acceptait de scinder les activités du groupe.

J.P. Morgan a entamé le suivi de la valeur en juin en conseillant le titre avec une recommandation à "surpondérer" et un objectif de cours de 7,70 euros à fin 2015 calculé selon la méthode de valorisation de la somme des parties (évaluation en faisant la somme de la valeur des différentes activités d'un groupe dans une logique patrimoniale).

Selon le broker, la restructuration réalisée par Technicolor a rendu la société plus solide en la positionnant sur certains segments sélectionnés dans les médias, le divertissement et l'électronique grand public.

"Nous prévoyons que le redressement opérationnel de la société va continuer de surprendre favorablement, alimenté, à court terme, par une amélioration plus forte que prévu de la profitabilité des activités de maison connectée et des services de divertissement", commentait alors J.P. Morgan.

"En outre, nous voyons un potentiel de hausse significatif pour nos estimations à moyen-long terme du programme de licences dans les smartphones et tablettes", ajoutait le broker.

L'intermédiaire estimait que la valeur pourrait ensuite atteindre 9,60 euros d'ici 2016-2017, soulignant les retombées financières d'accords de licences dans les smartphones et les tablettes.

FIN DES SPÉCULATIONS SUR UNE SORTIE DU CAPITAL

A la Bourse de Paris, la réaction est vive, le titre signant la plus forte progression de l'indice SBF 120 avec un gain de 5,31% à 4,539 euros à 13h17, contre une hausse de 0,78% pour l'indice.

"L'interview de Vector Capital a le mérite de clarifier la situation entre Technicolor et le fonds et surtout de mettre fin aux spéculations d'une sortie du capital qui courait depuis l'assignation en justice", commente un vendeur actions en poste à Paris.

"Maintenant le désaccord semble profond et il y a une action en justice qui va quand même laisser des traces. En clair, si ce n'est pas Vector qui sort de Technicolor, c'est la direction actuelle qui va devoir en tirer les conséquences", ajoute-t-il.

Des investisseurs rappellent néanmoins qu'avec seulement deux administrateurs sur 10, Vector Capital n'est pas suffisamment fort tout seul pour imposer sa stratégie.

Technicolor a confirmé le mois dernier ses objectifs 2014 malgré l'annonce d'un chiffre d'affaires en baisse au troisième trimestre, pénalisé par une activité des Services DVD plus faible qu'envisagé. (Edité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below