November 18, 2014 / 8:18 AM / 3 years ago

RPT-LEAD 3-Japon-Shinzo Abe convoque des élections anticipées

5 MINUTES DE LECTURE

* Des législatives devraient avoir lieu mi-décembre

* La 2e hausse de la TVA reportée à avril 2017

* Abe cherche à donner un nouvel élan à sa politique

* De nouvelles mesures de relance évoquées (Répétition sans changement)

par Leika Kihara et Tetsushi Kajimoto

TOKYO, 18 novembre (Reuters) - Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, a annoncé mardi son intention de convoquer des élections anticipées et de repousser une nouvelle hausse très impopulaire de la TVA, au lendemain de la confirmation de la rechute en récession de l'archipel.

La troisième économie mondiale s'est contractée au troisième trimestre, comme au deuxième, signe que la hausse de trois points, de 5% à 8%, du taux de la TVA en avril dernier a lourdement pesé sur l'activité.

Un deuxième relèvement, qui porterait la TVA à 10%, était initialement prévu pour octobre 2015 mais il sera repoussé de dix-huit mois, a dit Shinzo Abe mardi. Il a également confirmé que la chambre basse du Parlement serait dissoute vendredi et que des élections législatives auraient lieu dans les 40 jours. Le scrutin devrait se tenir le 14 décembre.

Lors d'une conférence de presse diffusée à la télévision, le chef du gouvernement, au pouvoir depuis décembre 2012, a assuré que sa politique combinant un assouplissement monétaire sans précédent, une augmentation de la dépense publique et des réformes structurelles, allait porter ses fruits. Il a mis au défi l'opposition de proposer une autre stratégie.

"Je suis conscient des critiques qui disent que les 'Abenomics' sont un échec et ne fonctionnent pas, mais je n'ai rien entendu de concret sur ce qu'il fallait faire à la place (...). Notre politique économique est-elle erronée ou correcte ? Y a-t-il une autre solution ?", a-t-il demandé.

"C'est la seule solution pour mettre fin à la déflation et relancer l'économie", a-t-il ajouté.

Il a assuré que la deuxième hausse de la TVA, nécessaire pour faire face à la hausse des dépenses de protection sociale et enrayer l'augmentation de la dette publique, qui dépasse 200% du produit intérieur brut (PIB), serait bien mise en oeuvre en avril 2017.

"Nous n'abandonnons absolument pas le drapeau de la réforme budgétaire", a assuré le Premier ministre, ajoutant que la hausse de TVA "ne sera pas reportée une deuxième fois".

Un Nouveau Plan De Relance évoqué

La convocation de législatives anticipées vise à redonner au gouvernement une légitimité politique pour faire taire les doutes suscités par l'absence de résultats économiques concrets.

La cote de popularité du Premier ministre est tombée sous 50% dans certaines enquêtes d'opinion mais reste relativement solide comparée à celle de ses prédécesseurs en cours de mandat.

Les principales critiques formulées contre les "Abenomics" soulignent que ces politiques ont surtout profité aux grandes entreprises et à la population aisée des grandes villes du pays, en faisant baisser le yen et monter la Bourse, alors que les classes moyennes japonaises ont souffert, les hausses de salaires ayant été inférieures à celle des prix.

Avant sa conférence de presse, Shinzo Abe a déclaré à des journalistes que son gouvernement préparait de nouvelles mesures de soutien à l'activité, à destination notamment des PME et des régions.

Des médias ont rapporté que ce nouveau plan pourrait représenter un montant limité, situé entre 2.000 et 3.000 milliards de yens (13,7 à 20,6 milliards d'euros). Une source gouvernementale a précisé qu'il pourrait inclure des bons d'achat pour relancer la consommation des ménages.

Un haut responsable du Parti démocrate, la principale formation d'opposition, a déclaré que le Premier ministre cherchait à dissimuler l'échec de sa politique économique.

"Abe s'efforce de calmer tout le monde en dissolvant le Parlement", a dit Tatsuo Kawabata sur la chaîne de télévision publique NHK.

Rares sont les observateurs qui prédisent une défaite au Parti libéral-démocrate (PLD) de Shinzo Abe et à ses alliés aux législatives. Le scrutin pourrait toutefois affaiblir la majorité, estiment certains analystes et investisseurs.

Shinzo Abe a déclaré qu'il démissionnerait si la coalition gouvernementale, qui regroupe aujourd'hui deux tiers des députés, perdait la majorité. (Leika Kihara et Linda Sieg; Jean-Philippe Lefief et Marc Angrand pour le service français; édité par Danielle Rouquié)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below