Bourse-Solvay grimpe, envisagerait la vente d'Acetow

lundi 10 novembre 2014 10h43
 

PARIS, 10 novembre (Reuters) - L'action Solvay figure lundi matin parmi les plus fortes hausses de l'indice CAC 40 après un article de presse selon lequel le groupe chimique belge étudie la vente d'Acetow, son activité spécialisée dans l'acétate de cellulose, valorisée 1,4 milliard d'euros.

A 10h23, le titre gagne 2,21% à 113,50 euros, contre une hausse de 0,42% au même instant pour le CAC 40.

Selon l'agence Bloomberg, qui cite des personnes ayant une connaissance du dossier, Solvay a mandaté les banques Goldman Sachs et Crédit suisse pour le conseiller dans la possible cession d'Acetow.

La vente d'Acetow pourrait constituer un prélude à d'autres cessions sur fond de progression du plan de transformation du groupe lancé par son président du comité exécutif, Jean-Pierre Clamadieu, a indiqué Bloomberg précisant que le produit de ces cessions pourrait financer des projets de croissance ou des acquisitions.

Joint par Reuters, Solvay n'a souhaité faire aucun commentaire.

"Nous ne serions pas surpris que la rumeur au sujet d'une vente d'Acetow se vérifie. Jean-Pierre Clamadieu a clairement indiqué qu'il n'y avait pas de vaches sacrées au sein de Solvay", souligne dans une note KBC Securities.

Le broker constate que, même si Acetow est une activité rentable actuellement, de nouvelles capacités de production en Chine devraient accroître la concurrence pour Solvay.

"La vente d'Acetow semble une histoire assez comparable à la cession plus tôt de l'activité Eco Services, qui avait également une solide génération de trésorerie mais était considérée par le management comme allant présenter une croissance faible", estime l'intermédiaire.

Ce dernier estime que Solvay pourrait également se séparer de l'activité de polyamides.

En novembre 2013, Solvay avait fait état de sa transformation en cours reposant sur un remaniement de son portefeuille d'activités, avec une intensité capitalistique réduite et un retour sur investissement plus élevé.

Le groupe avait alors revu en baisse ses objectifs de long terme, tablant désormais sur une croissance annuelle à deux chiffres de son résultat opérationnel courant (Rebitda) qui serait compris entre 2,3 et 2,5 milliards d'euros en 2016. (Alexandre Boksenbaum-Granier, avec Robert-Jan Bartunek à Bruxelles, édité par Jean-Michel Bélot)