6 novembre 2014 / 16:38 / il y a 3 ans

UE-Un projet de marché intégré des capitaux d'ici la mi-2015

par Robin Emmott

BRUXELLES, 6 novembre (Reuters) - Le nouveau commissaire européen aux Services financiers présentera d'ici la mi-2015 son projet de marché intégré des capitaux européen, projet destiné à rendre les entreprises moins dépendantes des banques et, plus généralement, à redonner de la vigueur à l'économie de l'Union européenne.

Jonathan Hill a déclaré jeudi qu'il voulait créer dans les cinq ans à venir un marché intégré permettant de lever des fonds par l'émission d'actions, d'obligations ou de tout autre instrument financier, et qu'il concevrait un projet d'ici l'été prochain après avoir consulté des banques, des parlementaires et des organismes non gouvernementaux (ONG).

"Nous n'avons pas encore un marché des capitaux unique totalement fonctionnel", a-t-il dit, lors d'une conférence rassemblant des responsables européens et des chefs d'entreprise. "Je soumettrai des propositions pour aboutir à une union des marchés de capitaux; un projet pour l'ensemble des 28 Etats membres".

Organiser un financement plus abondant et efficace des PME est perçu comme un objectif vital pour que l'Europe évite une stagnation économique prolongée car les PME assurent les deux tiers des emplois du secteur privé dans l'UE.

A la suite d'une crise financière particulièrement sévère, les banques s'emploient davantage à reconstituer leurs fonds propres qu'à prêter, ce qui est un réel problème dans un continent où les banques assurent 80% des prêts aux entreprises.

Un tel marché unique pousserait par ailleurs l'UE à coordonner les financements des entreprises et des grands travaux par le biais d'emprunts spécifiques, de fonds ad hoc et des partenariats public-privé.

"Il est primordial de créer un marché qui fait cruellement défaut, en parallèle du système de crédit bancaire", a expliqué Hill.

UNE CULTURE DIFFERENTE

Jürgen Fitschen, co-président du directoire de Deutsche Bank, fait toutefois remarquer qu'imiter les Etats-Unis, où le recours au marché des capitaux est bien plus répandu qu'en Europe, réclame un changement d'attitude auquel les Européens ne sont pas préparés.

Les PME américaines se financent sur le marché des capitaux cinq fois plus environ que leurs homologues européennes, a observé la Commission européenne.

Si les PME ont du mal à franchir cette étape, c'est parce qu'elles doivent fournir aux investisseurs une information en continu, explique Fitschen.

"Le plus gros obstacle c'est la culture du chef d'entreprise européen", a-t-il dit lors de la conférence. "Il n'est pas prêt pour les marchés de capitaux parce qu'il n'a pas l'habitude de répondre à toutes ces questions".

Il est probable que l'UE s'emploiera à soutenir les PME en fournissant elle-même ce genre de services aux investisseurs, encore que le mode de fonctionnement et le coût restent à définir.

L'une des idées dans l'air est un système européen de prestataires collectant, classifiant et analysant les données des PME.

Hill a dit qu'il avancerait au préalable une proposition visant à créer un fonds européen d'investissement à long terme pour les infrastructures et les entreprises.

La Banque centrale européenne (BCE) est-elle même au coeur de l'enjeu d'un marché des capitaux unique en tentant de remettre au goût du jour la titrisation. (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below