** LE POINT SUR LES MARCHÉS à la mi-séance en Europe **

jeudi 6 novembre 2014 13h00
 

* Les valeurs à suivre à la Bourse de Paris 
    * Les valeurs à suivre à Wall Street : 

    PARIS/LONDRES, 6 novembre (Reuters) - Les Bourses européennes s'inscrivent
sur une note hésitante jeudi tandis que l'euro progresse légèrement, suspendues
au message qui sera délivré par Mario Draghi à l'issue de la réunion de la
Banque centrale européenne (BCE) après une nouvelle série de mauvais indicateurs
économiques dans la zone euro. 
    Les investisseurs attendent aussi de voir si le président de la BCE va
tempérer sa volonté de prendre des mesures non conventionnelles de soutien à la
croissance face à la contestation de son style de management et aux divergences
au sein des banquiers centraux sur les rachats d'actifs par la banque centrale. 
  
    À Paris, le CAC 40 gagne 0,02% à 4.209,42 points vers 11h40 GMT. À
Francfort, le Dax prend 0,13% et à Londres, le FTSE perd 0,12%.
L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 cède 0,09% et le FTSEurofirst 300
 0,28% après avoir gagné 1,7% mercredi et plus de 10% en deux semaines.
    Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street
en baisse de 0,03% à 0,13% après leur forte hausse de la veille pour saluer la
victoire des républicains aux élections de mi-mandats aux Etats-Unis.
    La BCE devrait observer le statu quo ce jeudi, attendant de connaître les
prochaines prévisions économiques de l'Eurosystème qui paraîtront en décembre
ainsi que les effets économiques de ses dernières mesures avant de se prononcer
sur l'opportunité de nouvelles initiatives. 
    La banque centrale a déjà commencé à racheter des actifs du secteur privé,
mais de nouvelles mesures telles que des rachats directs de dettes souveraines -
comme le font d'autres banques centrales - devront attendre, en raison notamment
de résistances politiques, principalement en Allemagne, en dépit d'une
croissance en zone euro dont la faiblesse a été confirmée dans le services
malgré un mouvement en profondeur de baisse des prix. 
    Aux valeurs, CGG se distingue et s'envole de plus de 18%, de loin
la plus forte hausse du SBF 120 à Paris. Le spécialiste des services et
équipements géophysiques a rassuré les investisseurs en estimant suffisant son
plan de transformation pour faire face à la baisse des cours du pétrole.
 
    Toujours à Paris, Legrand recule de 4,75%, plus forte baisse du
CAC 40, après avoir dit qu'il s'attendait à une stagnation de son activité en
2014. Capgemini en revanche s'adjuge 4,7%, plus forte
hausse du CAC 40, après avoir confirmé son objectif pour 2014. 
    Les banques françaises Société générale (-1%) et Crédit agricole
 (-4,75%) perdent du terrain après leurs résultats 
, tandis que l'allemande Commerzbank prend 2,34% après
sa publication trimestrielle meilleure que prévu.  
    Finmeccanica (+5,5%) est porté par le relèvement de ses objectifs,
tout comme Adidas (+5,74%), qui profite de résultats légèrement
supérieurs aux attentes.   
    Sur le marché obligataire, les rendements de la dette souveraine espagnoles
sont tombés à leur plus bas niveau en plus de dix ans lors d'une adjudication de
trios milliards d'euros de titres, peu affectés par le vote suymbolique sur
l'indépéndance en Catalogne prévu dimanche. 
    Sur le marché des changes, l'euro se traite à 1,2515 dollar, près de ses
plus bas de deux ans face au billet vert, tandis que le yen se stabilise autour
d'un plus bas de sept ans face à la devise américaine en attendant l'issue de la
réunion de la BCE et les chiffres de l'emploi d'octobre aux Etats-Unis vendredi.
   
    Sur le marché du pétrole, le Brent se maintient juste sous les 83 dollars le
baril, les progrès apparents vers un accord sur le programme nucléaire de l'Iran
avec les grandes puissances mondiales, ainsi qu'une hausse des stocks de pétrole
américains, compensant l'impact haussier des tensions au Moyen Orient. 
    
    * Tableau des principaux marchés mondiaux : 

 (Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison)