** LE POINT SUR LES MARCHÉS avant l'ouverture en Europe **

lundi 3 novembre 2014 08h01
 

PARIS, 3 novembre (Reuters) - Les principales Bourses européennes sont
attendues peu changées lundi à l'ouverture, coincées entre des indicateurs
macro-économiques chinois jugés décevants et la poursuite de l'élan de vendredi,
initié par l'annonce surprise par la Banque du Japon d'une augmentation de ses
achats de titres sur les marchés.
    D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien 
pourrait gagner 0,09% à l'ouverture, le Dax à Francfort devrait céder
0,04% et le FTSE à Londres reculer de 0,12%. 
    La Bourse de Tokyo, qui avait bondi de près de 5% vendredi à la suite des
nouvelles mesures annoncées par la Banque du Japon (BoJ), est fermée pour cause
de jour férié.
    Sans surprise, le yen continue de pâtir du nouvel assouplissement monétaire
de la BoJ, le dollar évoluant à un pic de sept ans face à la devise japonaise.
Le billet vert se traite par ailleurs à un plus haut de sept ans face à l'euro,
les investisseurs se disant que la Banque centrale européenne (BCE), au vu de
l'atonie de la croissance et d'une très faible inflation, n'échappera pas à
d'autres mesures de soutien à la croissance.
    "Dans cet environnement de croissance étranglée et d'une inflation très
basse sur le long terme, nous pensons que la BCE annoncera l'achat d'obligations
souveraines d'Etats membres de la zone euro d'ici le début de l'année prochaine
au plus tard", a déclaré Apolline Menut, analyste chez Barclays.
    Dans la matinée seront publiées les versions définitives des enquêtes PMI
menées auprès des directeurs d'achat. Des données préliminaires avaient suggéré
une accélération inattendue de la croissance du secteur privé en octobre.
 
    En Chine,  la croissance de l'activité dans le secteur des services a
légèrement ralenti en octobre pour tomber à son rythme le plus faible en neuf
mois. 
    Les inquiétudes concernant la santé de la deuxième puissance économique
mondiale sont un autre facteur de hausse du dollar, recherché comme valeur
refuge.
    La vigueur de la devise américaine pèse, comme souvent dans ce cas de
figure, sur les cours de la plupart des matières premières, dont le pétrole,
l'or et l'argent.
    
    PRINCIPAUX INDICATEURS A L'AGENDA DU 3 NOVEMBRE
 PAYS GMT    INDICATEUR                     PÉRIODE   CONSENSUS   PRÉCÉDENT   
 FR   08h00  Immatriculations automobiles   octobre
 FR   08h50  PMI manufacturier              octobre    47,3        47,3
 DE   08h55  PMI Markit manufacturier (déf) octobre    51,8        51,8 
 ZE   09h00  PMI Markit manufacturier (déf) octobre    50,7        50,7
 GB   09h30  PMI Markit manufacturier       octobre    51,2        51,6
 US   14h45  PMI Markit manufacturier (déf) octobre                56,2%
      15h00  Dépenses de construction       septembre  +0,7%       -0,8%
      15h00  ISM manufacturier              octobre    56,2        56,6
             Ventes automobiles             octobre
 
    VALEURS À SUIVRE
    *  PUBLICIS a annoncé lundi un projet d'acquisition du spécialiste
américain de la publicité en ligne Sapient, pour 3,7 milliards de
dollars (trois milliards d'euros environ). Le groupe a précisé que l'OPA, au
prix de 25 dollars par action tout en numéraire, représentait une prime de 44%
sur le cours de clôture de Sapient vendredi, et qu'elle avait été approuvée à
l'unanimité par les conseils des deux sociétés. 
    
    * HOLCIM. Le cimentier suisse, en passe de fusionner avec Lafarge
, a fait état lundi d'un chiffre d'affaires et de bénéfices en baisse
au troisième trimestre en raison notamment d'effets de changes défavorables et
de difficultés sur les marchés européen et latino-américain. 
    
    * RYANAIR a révisé lundi en hausse de 18% ses prévisions de
bénéfices sur l'année en raison de réservations meilleures que prévu pour cet
hiver. 
    
    * AREVA a publié vendredi un chiffre d'affaires en forte baisse
au titre des neuf premiers mois de 2014 et a prévenu que son cash-flow
opérationnel libre avant impôts annuel, visé "proche de l'équilibre", restait
dépendant du rythme de certains encaissements attendus avant la fin de l'année. 
 
        
    * Tableau des principaux marchés mondiaux : 

 (Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Patrick Vignal)