LEAD 3-L'opposition dispersée à Ouagadougou, un mort

dimanche 2 novembre 2014 23h29
 

* Les manifestants réclamaient le départ du lieutenant-colonel Zida

* L'armée a désigné cet officier pour conduire la transition

* L'Union africaine et les USA réclament une transition civile (Actualisé avec mort d'un manifestant, déclaration de l'armée)

par Nadoun Coulibaly et Joe Penney

OUAGADOUGOU, 2 novembre (Reuters) - L'armée burkinabée, visiblement bien décidée à conserver le pouvoir deux jours après la démission du président Blaise Compaoré, a dispersé dimanche plusieurs milliers de manifestants rassemblés à Ouagadougou et des militaires ont tiré des coups de feu au siège de la radio-télévision publique.

A l'appel de l'opposition, les manifestants ont convergé sur la place de la Nation, épicentre du mouvement de contestation qui a renversé Blaise Compaoré en quelques jours après vingt-sept années passées à la tête du pays.

L'état-major a désigné samedi le lieutenant-colonel Isaac Zida, membre de la garde présidentielle, pour mener à bien la transition. Dénonçant un coup d'Etat militaire, l'opposition accuse l'armée d'avoir "confisqué" le pouvoir.

Les tirs signalés au siège de la RTB ont retenti peu après l'arrivée de Saran Sérémé, présidente du Parti pour le développement et le changement (PDC) et figure de l'opposition. Elle était accompagnée d'une centaine de partisans qui scandaient "Saran présidente !", ont rapporté des témoins.

Saran Sérémé a par la suite déclaré au site local d'information Burkina 24 qu'elle avait été amenée de force à la RTB et elle a nié avoir eu l'intention d'y faire une déclaration pour se déclarer présidente de transition, contredisant ainsi des informations de l'armée.   Suite...