** LE POINT SUR LES MARCHÉS à la clôture en Europe **

mardi 21 octobre 2014 18h01
 

PARIS/LONDRES, 21 octobre (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en
nette hausse mardi, effaçant leurs pertes de la veille, dopées par
l'éventualité, selon des sources, que la Banque centrale européenne (BCE)
procède à des achats d'obligations d'entreprises sur le marché secondaire.
 
    À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 2,25%, soit 90,00 points,
à 4.081,24 points. Le Footsie britannique a gagné 1,68% et le Dax
allemand 1,94%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 % et le
FTSEurofirst 300 ont avancé respectivement de 2,19% et 2,01%.
    A New York, à l'heure de la clôture en Europe, Wall Street poursuivait son
rebond après une salve de résultats, notamment d'Apple et de Texas
Instruments. Ces performances permettent également d'atténuer les
craintes des investisseurs sur les publications des sociétés et la conjoncture
mondiale. 
    En Chine, l'économie a crû au troisième trimestre 2014 à son rythme le plus
faible depuis près de six ans, nouvelle illustration du ralentissement
progressif de la deuxième économie mondiale. 
    Les achats d'obligations d'entreprises par la BCE, qui pourraient être
approuvés en décembre et débuter dès début 2015, ont soutenu les banques et les
marchés d'actions des pays dits "périphériques". La Bourse d'Athènes 
s'est envolée de 5,8%, celle de Milan de 2,79% et l'Ibex espagnol
 s'est adjugé 2,39%. 
    "Les achats d'obligations d'entreprises contribueraient à alléger les
pressions qui pèsent sur les bilans des banques et cela doit être considéré dans
le contexte des résultats attendus de l'examen de la qualité des actifs des
banques", estime le stratège en chef d'AXA Investment managers Franz Wenzel.
"Cela aidera les entreprises et les régions qui ont des difficultés à émettre
des obligations d'entreprises et je pense notamment au Sud."
    L'information a fait reculer l'euro face au dollar. Vers 15h30 GMT, l'euro
s'échangeait à 1,2720 dollar contre plus de 1,2830 en début de séance. 
    En parallèle, les rendements des obligations des pays du sud de la zone euro
se sont repliés alors que celui du Bund allemand est remonté.
    "Les investisseurs semblent désormais prendre un peu plus de risques,
soulagés que la BCE envisage de faire quelque chose" pour soutenir l'inflation
et la croissance, explique Lyn Graham-Taylor, analyste chez Rabobank.
    Le compartiment bancaire a grimpé de 2,85%. La grecque Piraeus Bank
, plus forte hausse du Stoxx 600, s'est envolée de 11,40%. Au sein du
CAC 40, dont aucune composante n'a terminé dans le rouge, Crédit agricole
 a pris 3,91% et Société générale 3,69%.
    Les valeurs pétrolières (+3,41%) profitent de leur côté d'une rare
hausse des cours du brut, induite par l'annonce d'une demande chinoise en forte
hausse en septembre. Total (+3,46%) a évolué de pair avec le secteur
malgré l'annonce du décès de son président-directeur général Christophe de
Margerie dans un accident d'avion à l'aéroport Vnoukovo de Moscou.
 
    A Londres, le concepteur de puces ARM a lâché 5,3%, plus forte
baisse du Stoxx 600, après avoir fait état d'une hausse moins marquée que prévu
de ses revenus de licences au troisième trimestre. 
    
    * Tableau des principaux marchés mondiaux : 
    
    
    

 (Mathilde Gardin pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)