France-Les gestions ont pâti des tensions et des doutes au T3

mardi 21 octobre 2014 15h26
 

* Gain de 1,7% pour les fonds vendus en France au T3, +2,9%
au T2
    * Recul des gestions en actions européennes, accélération
des fonds en titres US
    * Décollecte nette de plus de 14 milliards d'euros en
septembre
    * Graphique de la performance trimestrielle des fonds :
    * bit.ly/10i1OsU

    par Alexandre Boksenbaum-Granier
    PARIS, 21 octobre (Reuters) - Les fonds commercialisés en
France ont ralenti leur progression au troisième trimestre, les
tensions géopolitiques autour de l'Ukraine, les doutes sur la
situation économique européenne et l'attentisme lié au
référendum sur l'indépendance de l'Ecosse ayant pesé sur les
gestions investies en actions européennes.
    Malgré le geste de la Banque centrale européenne, qui a
annoncé début septembre le baisse de ses taux directeurs à de
nouveaux plus bas historiques et un programme limité d'achats
d'actifs, l'indice CAC 40 dividendes réinvestis a
reculé de 0,83% au troisième trimestre après un gain de 6,45%
sur les six premiers mois de l'année.
    La situation s'est depuis encore dégradée, l'indice
abandonnant près de 8% depuis le début du mois d'octobre en
raison de l'inquiétude croissante à l'égard de la croissance
économique mondiale en général, et européenne en particulier.
    "Les doutes et les effets de change ont nourri le
rapatriement des capitaux de la part des fonds anglo-saxons
désireux d'éviter un double effet négatif"', explique Roland
Fernet, directeur général de KBL Richelieu Gestion.
    Plusieurs gérants estiment en effet que la "seule bonne
nouvelle" en Europe fut la baisse de l'euro, tombé à 1,26
dollar fin septembre, contre près de 1,37 dollar à fin juin.
    "Certains indicateurs semblaient nous annoncer des
lendemains plus difficiles en zone euro, depuis plusieurs mois,
surtout pour les pays 'core'. Le fait est que les doutes ont
l'air de se confirmer, bien que Mario Draghi ait réussi à faire
baisser l'euro contre dollar, pour redonner une forme de
compétitivité aux entreprises", constate dans une note SwissLife
Banque Privée.
    
    "LOT D'INCERTITUDES"
    "En réalité, hormis aux Etats-Unis, où la conjoncture
semble, sinon sur un nuage, du moins à l'abri d'une forte
rechute, les autres grandes zones géographiques comportent
toutes leur lot d'incertitudes", ajoute la banque privée.    
    Conséquence, les fonds vendus en France n'ont gagné que
1,68% au troisième trimestre, après un gain de 2,92% en
avril-juin, les fonds actions réduisant leurs gains à 1,79%,
contre 4,15% au trimestre précédent, montrent les données
compilées par Lipper, filiale de Thomson Reuters.
    Dans le détail, les gestions investies en actions de la zone
euro (-1,71% au troisième trimestre), et plus particulièrement
dans les titres de capitalisations de petite et moyenne taille
(-3,56%), ont souffert des doutes des investisseurs et du
retrait des fonds anglo-saxons.
    A l'inverse, les fonds en actions américaines ont progressé
de 7,49%, contre 4,88% au deuxième trimestre, et les gestions en
obligations américaines ont porté leur hausse de 2,56% à 8,07%.
    Soutenues par les fonds en obligations américaines, la
sphère obligataire a bien résisté, avec une hausse de 2,49% sur
juillet-septembre, contre +2,41% sur avril-juin.
    "Après le bon accueil réservé aux nouvelles annonces de la
Banque centrale européenne, les tensions géopolitiques ont
incité les investisseurs à une grande prudence. Par ailleurs,
les bonnes statistiques économiques américaines relancent les
anticipations d'une prochaine hausse de taux", résume
EuroPerformance dans un extrait de sa dernière note mensuelle.
    Selon l'agence spécialisée dans la mesure de l'analyse de la
performance des fonds d'investissements européens, les fonds en
actions européennes ont enregistré 681,89 millions d'euros de
rachats sur le seul mois de septembre, contre 304,17 millions
d'euros de collecte pour les gestions en actions
internationales.
    Le mois de septembre aura également vu le retour des
investisseurs sur les produits de gestion passive, en
particulier les ETFs (Exchange Traded Funds), avec une
allocation mensuelle des produits indiciels cotés de plus de 1,1
milliard d'euros.
    Au total, le marché des fonds de droit français a subi
14,053 milliards d'euros de sorties nettes le mois dernier, la
décollecte dans les gestions de trésorerie (16,207 milliards
d'euros) éclipsant la collecte de 1,597 milliard dans
l'obligataire.
    
    
  Catégorie    Nombre   2013    T1     T2      T3    Volatilité
   d'actifs                    2014   2014    2014   sur 3 ans
 Obligations    1.909   -0,04   2,06   2,41    2,49        5,34
 Actions        3.755   14,25   1,53   4,15    1,79       14,18
 Diversifié     1.600    6,74   1,53   2,10    0,87        6,77
 Monétaire        470   -0,68   0,11   0,36    1,18        1,54
 Autre             43    7,34   0,20   0,75    0,12       12,62
 Immobilier         2    0,32  -7,40   2,74  -13,78       15,30
 Matières          36  -12,17   4,13   1,13   -5,67       10,87
 premières                                           
 Alternatifs      406    2,56   0,79   0,55    1,57        5,57
 Moyenne        8.221    7,90   1,54   2,92    1,68        9,70
 
 (Edité par Dominique Rodriguez)