RPT-BoJ-Une opération de rachat ratée montre les limites du QQE

vendredi 17 octobre 2014 13h03
 

(Répétition titre)

par Hideyuki Sano

TOKYO, 17 octobre (Reuters) - L'offre de la Banque du Japon (BoJ) de racheter pour plus de 28 milliards de dollars de bons du Trésor n'a pas suscité suffisamment d'intérêt vendredi, et ce pour la première fois depuis le lancement des mesures de stimulation de la croissance l'an passé, semblant indiquer que ces dernières ont de moins en moins d'impact économique.

La BoJ proposait de racheter pour 3.000 milliards de yens de bons mais les offres de vente n'ont représenté que 2.622 milliards de yens et c'est la première fois depuis mai 2012 que la banque centrale n'a pu racheter le montant qu'elle souhaitait.

Il se peut en effet que les banques ne soient pas disposées à vendre même à un taux de rendement négatif ou tout simplement qu'elles n'aient plus de bons du Trésor à présenter.

La BoJ a lancé en avril 2013 un programme d'"assouplissement quantitatif et qualitatif", s'engageant à augmenter la masse monétaire, soit l'argent qu'elle fournit à l'économie, de 60.000 à 70.000 milliards de yens par an.

Pour ce faire, la banque centrale rachète essentiellement des emprunts d'Etat (JGB) mais elle prend aussi des bons du Trésor et des actifs plus risqués comme les actions.

Ces achats de bons sont eux aussi massifs, au point que les rendements sont tombés au-dessous de zéro, ce qui fait que l'institut d'émission depuis le mois dernier subit une perte à chaque rachat. Les intervenants du marché pensent que les rendements des obligations eux aussi pourraient devenir négatifs.

Le rendement du bon à trois mois, resté à zéro ou en deçà depuis début septembre, a perdu 8,2 points de base à un plus bas record de -0,09% à la suite de l'opération de la BoJ vendredi. Par contrecoup, le rendement de l'emprunt à deux ans a cédé 3,5 points de base à 0,005%, ce qui est aussi un plus bas record.   Suite...