Merkel-L'UE doit continuer à réformer, la crise n'est pas finie

jeudi 16 octobre 2014 10h55
 

BERLIN, 16 octobre (Reuters) - L'Europe doit poursuivre ses efforts de réduction des déficits budgétaires et d'amélioration de sa compétitivité car la crise de la zone euro n'a pas encore été surmontée et ses causes n'ont pas été éliminées, a estimé jeudi matin la chancelière allemande Angela Merkel devant les députés du Bundestag.

Les dirigeants de l'Union européenne doivent avoir présent à l'esprit, alors qu'ils discutent des moyens de doper la croissance, le fait que les réformes budgétaires douloureuses engagées commencent à porter leurs fruits, a ajouté la chancelière, sur fond de nervosité des marchés financiers face aux signes de ralentissement économique mondial.

"Les premiers fruits que nous recueillons prouvent que dès le début, nous avons choisi la bonne voie", a-t-elle dit, en citant l'amélioration de la productivité et des finances de certains pays de la zone euro, et la sortie "réussie" de l'Irlande, du Portugal et de l'Espagne de leurs plans d'aide international.

"Mais - et je ne cesserai de le répéter - nous sommes encore loin d'avoir atteint notre objectif", a ajouté la chancelière.

"La crise n'a pas été surmontée définitivement car ses causes(...)n'ont pas été éradiquées".

"Nous devons persévérer avec détermination dans nos efforts en faveur d'une croissance durable, d'un assainissement des finances publiques et de la création d'emplois", a dit Angela Merkel, que certains pays de l'UE, comme la France et l'Italie, pressent de faire preuve d'une plus grande souplesse en matière de règles budgétaires européennes, afin qu'ils puissent relancer plus activement la croissance et combattre le chômage. (Stephen Brow et Madeline Chambers; Eric Faye pour le service français)