Pas de cessions envisagées chez Orange et Renault-Macron

jeudi 16 octobre 2014 09h13
 

PARIS, 16 octobre (Reuters) - La priorité du gouvernement n'est pas de réduire sa participation dans le capital d'Orange ni de Renault, a déclaré jeudi Emmanuel Macron, qui vient d'annoncer la cession de cinq à dix milliards d'euros d'actifs au cours des 18 prochains mois.

En cédant des actifs, l'Etat français veut contribuer à son désendettement mais aussi réinvestir dans des secteurs prioritaires ou certaines entreprises qui ont besoin d'être accompagnées, avait indiqué la veille le ministre français de l'Economie.

À la question de savoir si Orange et Renault pourraient être concernés, Emmanuel Macron a répondu sur France Inter : "Ce n'est pas la priorité du moment et notre volonté n'est pas de réduire à ce stade les participations dans ces deux entreprises."

L'Etat français détient 13,45 % du capital d'Orange et 15,01% du capital de Renault.

Le ministre de l'Economie avait déjà écarté une privatisation de l'électricien EDF.

L'Etat actionnaire dispose d'un portefeuille de participations dans 74 entreprises dont la valeur est d'environ 110 milliards d'euros. Le gouvernement a annoncé en août 2013 qu'il allait mener une politique active de gestion de ces participations. (Chine Labbé, édité par Jean-Michel Bélot)