UE-Paris fourbit l'argument militaire pour plaider la clémence

lundi 13 octobre 2014 18h03
 

* L'Allemagne demande plus d'efforts à la France

* Valls évoque le poids des dépenses militaires

* L'argument n'est pas recevable juridiquement-analystes

par Julien Ponthus

PARIS, 13 octobre (Reuters) - Vivement critiquées pour l'ampleur de leurs déficits publics, les autorités françaises insistent sur le poids que font peser sur leur budget les dépenses militaires qui garantissent, notamment à l'Allemagne, la sécurité de l'Union européenne.

Pressés de revoir leur copie avant l'envoi du projet de budget 2015 à la Commission européenne, mercredi prochain, François Hollande et Manuel Valls campent sur leurs positions et cherchent à déplacer le débat sur un terrain moins favorable à l'Allemagne, celui des dépenses militaires.

"Nous accomplissons d'une certaine manière une très grande mission pour la France et pour l'Europe", a déclaré le week-end dernier le Premier ministre, plaidant pour que les engagements militaires français soient davantage pris en compte dans le calcul des déficits publics. "Les engagements militaires et financiers qui sont les nôtres doivent être davantage intégrés."

François Hollande était intervenu dans les mêmes termes le 28 août en soulignant lors de la conférence des ambassadeurs que la France était notamment présente au Mali et en République centrafricaine pour lutter contre le terrorisme, au bénéfice de toute l'Union européenne.

"L'ambition mille fois répétée d'une véritable Europe de la Défense - surtout de la part de ceux qui ne font rien - doit maintenant devenir une réalité", avait-il dit. "L'Union européenne ne peut pas tout attendre d'un ou de deux Etats membres - je dirais essentiellement d'un, c'est-à-dire la France - pour assurer l'essentiel de l'engagement budgétaire et humain au bénéfice de la sécurité de tous."   Suite...