France-Le patron de la fiscalité écologique claque la porte

lundi 13 octobre 2014 16h45
 

PARIS, 13 octobre (Reuters) - Plusieurs associations environnementales ont apporté lundi leur soutien à Christian de Perthuis, qui a démissionné de son poste de président du Comité pour la fiscalité écologique (CFE) après la suspension de l'écotaxe par le gouvernement.

Le CFE a été créé en 2012 sous l'égide des ministères de l'Economie et de l'Environnement pour proposer des pistes sur l'évolution de la fiscalité verte en France.

Ses travaux ont notamment été à l'origine de la création dans la loi de Finances 2014 d'une contribution climat-énergie, destinée à mettre progressivement en place une taxation sur les émissions de gaz à effet de serre des principaux carburants.

La fédération France nature environnement (FNE) a jugé la démission de l'économiste "parfaitement légitime".

"La fiscalité écologique est le parent pauvre d'une politique écologique indigente", a déclaré Benoît Hartmann, porte-parole de la FNE. "La fiscalité ne peut plus être dictée par la somme des intérêts des camionneurs, agriculteurs, pétroliers et autres banquiers."

Le gouvernement a annoncé jeudi la suspension sine die du dispositif de péage transit poids lourds, une version réduite de l'écotaxe, provoquant un tollé chez les Verts.

Ségolène Royal a justifié cette décision par les difficultés économiques des transporteurs routiers, qui avaient menacé de bloquer le pays si la taxe n'était pas suspendue.

"La démission de Christian de Perthuis traduit l'urgence que gouvernement prenne enfin ses responsabilités", a écrit Matthieu Orphelin, porte-parole de la Fondation Nicolas Hulot.

  Suite...