Le sodium, clé de voûte des réacteurs nucléaires du futur

lundi 13 octobre 2014 14h06
 

* Des réacteurs plus sûrs et plus économes sont à l'étude

* Les réacteurs refroidis au sodium sont les plus avancés

* Fukushima et le gaz de schiste pèsent sur le financement

* Pas de modèle commercial avant 2040-2050

par Geert De Clercq

CADARACHE, Bouches du Rhône, 13 octobre (Reuters) - Confiné par d'épaisses vitres de verre, dans un laboratoire, le sodium chauffé peut être manipulé avec une simple louche autour de laquelle il s'enroule comme un miroir liquide, brillant et captivant.

Envisagé pour refroidir les centrales nucléaires du futur, le sodium est l'élément clé d'un des modèles de réacteurs que les scientifiques développent pour trouver une alternative aux unités refroidies à l'eau qui équipent la plupart des 440 réacteurs en service dans le monde.

Alors que plusieurs centrales sont à l'arrêt au Angleterre et en Belgique par crainte de défauts de conception et que des réacteurs américains ont été fermés face à la concurrence du gaz de schiste, le programme de recherche sur la prochaine génération de centrales prend toute sa valeur.

Lancé en 2010 par les Etats-Unis, le Forum International Génération IV compte 13 pays membres - dont la Chine, la Russie, la France, le Japon et le Royaume-Uni - qui ont décidé de concentrer leurs efforts de recherche et développement sur six concepts parmi une centaine.   Suite...