10 octobre 2014 / 09:29 / il y a 3 ans

LEAD 1-Bourse-Technip en baisse, Berenberg attend un T3 décevant

* Berenberg abaisse son conseil d'"acheter" à "conserver"

* Le broker s'interroge sur le projet Yamal

* L'action perd près de 5% (Actualisé avec précisions)

PARIS, 10 octobre (Reuters) - L'action Technip accuse vendredi matin l'une des plus fortes baisses de l'indice CAC 40, Berenberg, qui a abaissé son conseil sur la valeur d'"acheter" à "conserver", anticipant la publication à la fin du mois de résultats trimestriels qui pourraient se révéler "décevants".

A 11h23, le titre recule de 5,25% à 59,70 euros, au plus bas depuis décembre 2013, contre une baisse de 1,44% au même instant pour le CAC 40.

"Technip publie ses résultats du troisième trimestre le 30 octobre; nous pensons qu'ils seront décevants", commente dans sa note Berenberg, qui a ramené son objectif de cours de 86 à 66 euros sur le titre.

Le consensus Thomson Reuters I/B/E/S anticipe une croissance du chiffre d'affaires supérieure à 14% au troisième trimestre, à 2,76 milliards d'euros et une stabilité de la marge opérationnelle, autour de 9,0%, avec une hausse de 12% de l'Ebit (résultat avant intérêt et impôts), à 249 millions d'euros.

Berenberg, vise toutefois un Ebit de 227 millions d'euros, estimant que les résultats pourraient notamment souffrir d'un possible d'un report ou d'une annulation du projet Yamal.

Total a annoncé fin 2013 le lancement du projet Yamal LNG dans l'Arctique russe, l'un des plus grands projets de gaz naturel liquéfié (GNL) au monde, dans lequel il détient une participation de 20%.

Des interrogations se sont toutefois faites jour sur le maintien de ce projet, suite notamment aux sanctions internationales édictées à l'encontre de la Russie dans le cadre de la crise ukrainienne. Total a toutefois assuré le mois dernier ne pas avoir arrêté ses activités dans le projet Yamal.

"Le consensus intègre toujours le projet Yamal (...) Si Yamal est annulé, cela entraînerait une baisse de 10% des estimations du consensus de la division onshore pour 2015 et de 14% pour 2016", considère Berenberg.

Le broker estime que le financement de Yamal demeure un problème évoquant la réticence des banques chinoises à investir dans le projet et, citant des experts pétroliers et gaziers en Russie, l'intermédiaire indique que la pression monte dans le pays sur l'opérateur Novatek pour reporter le projet Yamal qu'il supervise. (Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Matthieu Protard)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below