Le gouvernement grec se soumet à un vote de confiance

jeudi 9 octobre 2014 20h08
 

ATHENES, 9 octobre (Reuters) - Le gouvernement grec se soumet vendredi à un vote de confiance au Parlement pour obtenir le soutien nécessaire à son plan de sortie du programme de renflouement négocié avec le FMI et ses partenaires européens et dissiper les rumeurs persistantes d'élections législatives anticipées.

Le Premier ministre Antonis Samaras, qui dirige la Nouvelle démocratie (droite), entend remettre au pas les députés contestataires qui menacent sa majorité. Les résultats de ce vote devraient être connus très tard vendredi soir.

"Ce vote de confiance mettra un terme à une période de doutes et de rumeurs et nous pourrons passer rapidement à l'étape suivante, qui est une étape cruciale", a dit Christos Protopappas, haut responsable du Pasok, le Parti socialiste associé à la droite au sein du gouvernement Samaras.

Le gouvernement, a-t-il ajouté, a en effet besoin de stabilité politique pour les discussions à venir sur la dette et la sortie du plan d'aide mis en place au plus fort de la crise grecque.

Compte tenu des forces en présence, Samaras devrait obtenir la confiance. Huit députés d'Aube dorée, le parti d'extrême droite, étant en détention préventive pour des chefs d'accusation criminels, seuls 292 députés siègent actuellement au Parlement. Le groupe Nouvelle démocratie et ses alliés du Pasok en contrôlent au total 155.

Mais un autre souci se profile, l'élection du futur président de la République grecque par les députés, en février prochain.

Samaras devra alors réunir les voix de 180 députés pour faire passer son candidat, A défaut, la constitution grecque ordonne la tenue d'élections législatives anticipées.

Dans les derniers sondages, Syriza, le parti de la gauche radicale (opposition), est largement en tête des intentions de vote, avec une dizaine de points d'avance sur la Nouvelle démocratie. (voir ) (Deepa Babington et Renee Maltezou; Henri-Pierre André pour le service français)