France-L'avenir de la SNCM s'assombrit encore

mercredi 8 octobre 2014 13h06
 

* La direction a présenté un schéma d'exploitation restreint

* Les contentieux européens restent une épée de Damoclès

* Une cessation d'activité pour effacer l'ardoise européenne ?

par Jean-François Rosnoblet

MARSEILLE, 8 octobre (Reuters) - Entre le redressement judiciaire prôné par son actionnaire majoritaire Transdev et le risque réel d'une liquidation, l'avenir de la SNCM s'assombrit et reste tributaire de l'action de l'Etat, appelé à l'aide par les salariés de la compagnie.

Pour la première fois, la direction a présenté mardi aux partenaires sociaux un schéma d'exploitation restreint avec un volet social prévoyant le maintien de 800 à 1.200 emplois sur les 2.030, dont près de 400 CDD, que compte la compagnie qui assure notamment la liaison entre la Corse et le continent.

Mais la survie de la Société nationale Corse Méditerranée (SNCM), détenue à 66% par Transdev - coentreprise entre Veolia et la Caisse des dépôts -, à 25% par l'Etat et à 9% par ses salariés, dépend surtout des contentieux européens.

"Le plan présenté mardi nécessite l'effacement des contentieux européens et la continuité de la Délégation de service public (DSP) jusqu'en 2023", dit à Reuters le délégué CFE-CGC des cadres et officiers, Pierre Maupoint de Vandeul.

"Or, les représentants de l'Etat sont incapables de nous donner des indications sur un accord ou pas avec Bruxelles. On peut donc craindre que le temps de la Commission européenne ne soit pas celui des actionnaires", ajoute-t-il.   Suite...