Bourse-Gemalto plombé par les craintes d'une concurrence accrue

mercredi 8 octobre 2014 12h26
 

PARIS, 8 octobre (Reuters) - L'action Gemalto accuse mercredi midi l'une des plus fortes baisses de l'indice CAC 40 et des valeurs technologiques européennes, plombée par la perspective d'une concurrence accrue dans les paiements sécurisés.

A 12h13 le titre recule de 2,88% à 67,45 euros après être tombé en matinée à son plus bas niveau depuis juin 2013, à 66,25 euros. Au même instant, le CAC 40 recule de 0,61% et l'indice Stoxx du secteur technologique européen perd 2,33%, plus forte baisse sectorielle en Europe.

Apple a dévoilé le mois dernier son service de paiement sécurisé Apple Pay, conçu à partir de la technologie NFC (paiement sans contact) et inclus dans les nouveaux iPhone 6 et dans la montre connectée Apple Watch.

"Nous pensons qu'Apple Pay est négatif pour le modèle 'classique' TSM (gestion de services de confiance, NDLR), dans lequel Gemalto a été l'un des principaux acteurs", commente dans une note publiée mardi Morgan Stanley.

Un TSM assure l'efficacité et la sécurité de la procédure de téléchargement des comptes de paiement dans les téléphones.

"Nous estimons que la décision de Visa et MasterCard d'intervenir comme fournisseurs de token - l'équivalent des TSM - pour Apple Pay fait surgir deux nouveaux concurrents d'envergure importante, réduit la taille du marché exploitable de Gemalto et introduit une importante déflation des prix pour le TSM", indique dans sa note Morgan Stanley.

Un token est un système d'authentification pouvant être utilisé par les entreprises pour des connexions nécessitant une sécurité accrue.

"La société qui était un peu 'seule' sur ce marché voit donc des nuages s'amonceler sur ce secteur clé pour elle", commente un trader.

Un stratégiste interrogé par Reuters remarque en outre que si la communication autour du paiement sans contact est "bonne", en revanche celle-ci a "du mal à décoller" alors que le spécialiste des cartes à puces est en pointe sur ce segment. (Alexandre Boksenbaum-Granier, avec Raoul Sachs, édité par Jean-Michel Bélot)