GB-Premier plaider coupable dans l'enquête sur le Libor

mardi 7 octobre 2014 17h38
 

par Kirstin Ridley

LONDRES, 7 octobre (Reuters) - Un cadre d'une des principales banques britanniques a plaidé coupable d'accusations le visant en Grande-Bretagne dans le cadre de l'enquête internationale sur une manipulation présumée des taux Libor.

Le banquier, dont l'identité ne peut être révélée pour des motifs juridiques, a plaidé coupable vendredi, une première qui tombe à point nommé pour le Serious Fraud Office (SFO), l'agence britannique de lutte contre la délinquance financière sur l'avenir de laquelle le gouvernement conservateur s'interrogerait.

La presse a pu faire état du plaider coupable après la décision mardi d'une juge de la Haute Cour de lever certaines restrictions à la communication d'informations sur ce dossier. Ni le banquier, ni son employeur ne peuvent être désignés nommément afin de ne pas compromettre les droits de la défense d'autres protagonistes, l'une des poursuites pénales engagées à son encontre étant la complicité d'escroquerie, ont dit des spécialistes du secteur bancaire.

Le SFO, qui a mis en accusation 12 hommes pour une manipulation présumée des taux Libor, est la seule juridiction à ce jour à avoir envoyé des individus devant des tribunaux dans l'une des affaires plus importantes dont il se soit saisi. Il était cependant à la traîne de ses homologues américains dans l'obtention de plaider coupables.

Le Département américain de la justice a inculpé neuf individus et deux anciens traders de Rabobank ont plaidé coupables pour des accusations d'entente délictueuse.

Au total, 17 individus ont été inculpés jusqu'à présent en liaison avec l'enquête sur la manipulation présumée des taux Libor qui servent de référence pour des contrats financiers et de prêts dont l'encours est de l'ordre de 450.000 milliards de dollars. Quatre d'entre eux font l'objet d'inculpations en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis.

Les régulateurs européens et américains ont mis à l'amende 10 banques et firmes de courtage dont JPM Morgan, UBS , Deutsche Bank, Royal Bank of Scotland et ICAP pour un total de plus de six milliards de dollars dans le cadre de règlements négociés dans le cadre de leur enquête sur la manipulation présumée des taux Libor.

Le juge de la Haute Cour de Londres a par ailleurs accepté mardi de décaler le premier procès avec jury dans cette affaire de janvier à mai 2015 au plus tôt.

Un ancien trader d'UBS et de Citigroup doit répondre de huit chefs d'accusation de complicité en vue de fausser le taux Libor du yen.

(Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)