La BCE mise sur l'euro pour l'aider à relancer l'économie

mardi 7 octobre 2014 16h15
 

par John O'Donnell et Paul Carrel

FRANCFORT, 7 octobre (Reuters) - Confrontée à une économie de la zone euro atone et à une stagnation des prix, la Banque centrale européenne (BCE) espère obtenir une bouffée d'oxygène d'une manette qu'elle ne peut pas elle-même directement activer : la valeur de l'euro.

Dans ce contexte, la BCE commence à employer des tactiques similaires à celles de la Réserve fédérale américaine, à savoir injecter en masse de la liquidité bon marché en espérant que cela redonnera des couleurs à l'économie.

Le résultat de la méthode est au mieux incertain. Mais un élément peut toutefois jouer en faveur de la zone euro: au moment où la BCE semble s'orienter vers un véritable assouplissement quantitatif (QE), la Fed prend le chemin inverse, ce qui pourrait la conduire à relever l'an prochain les taux d'intérêt.

Un message totalement reçu par les marchés, qui s'est traduit depuis mai par une flambée du dollar contre l'euro , une aubaine pour l'économie de la zone euro.

Pour Richard Barwell, économiste de RBS, faire baisser la monnaie est "le meilleur antidote connu à la désinflation".

Une baisse de l'euro renchérit en effet le coût des importations ce qui se traduit mécaniquement une hausse globale des prix. L'inflation de 0,3% en septembre dans la zone euro reste encore éloignée du taux d'un peu moins de 2% visé par la BCE.

Ce coup de fouet aux exportations permet ainsi d'augmenter le taux d'utilisation des capacités de production des entreprises de la zone euro pour faire face à la demande.

Le président de la BCE Mario Draghi insiste sur le fait que l'institut d'émission n'a pas d'objectif pour le taux de change, soucieux de ne pas se voir accuser par les Etats-Unis et d'autres de pratiquer une politique de dévaluation compétitive.   Suite...