RPT-France-Le procès EADS s'est ouvert à Paris

jeudi 9 octobre 2014 16h18
 

(Corrige le nom de Maître Frédérik-Karel Canoy §5)

par Tim Hepher et Chine Labbé

PARIS, 3 octobre (Reuters) - Le procès pour délit d'initiés présumés de sept anciens et actuels responsables d'EADS, rebaptisé Airbus, et de ses deux anciens actionnaires Daimler et Lagardère s'est ouvert vendredi devant le tribunal correctionnel de Paris.

Ils sont accusés d'avoir cédé, en 2006, des actions EADS et réalisé des plus-values importantes alors qu'ils auraient disposé d'informations privilégiées sur les difficultés de la société, notamment sur ses programmes A350 et A380.

Tous nient les soupçons qui pèsent sur eux et soulignent avoir été blanchis par l'Autorité des marchés financiers (AMF) fin 2009 pour des faits similaires.

Jugeant vingt prévenus à l'époque, l'AMF avait estimé qu'ils ne possédaient pas d'informations privilégiées, c'est-à-dire précises, non publiques et ayant une influence sur le cours de l'action, au moment des faits.

Mais Me Frédérik-Karel Canoy, avocat de l'actionnaire individuel qui a lancé la plainte en 2006, conteste cette conclusion.

"L'AMF n'a pas tenu son rôle parce que la commission des sanctions a effectivement blanchi mais il faut savoir que le rapporteur, à l'époque, avait bien établi qu'il y avait (...) plusieurs délits d'initiés", a-t-il dit à la presse en arrivant au tribunal.

"D'un côté vous avez deux sociétés, que ce soit Lagardère et Daimler, qui ont recupéré quatre milliards et de l'autre côté la Caisse des Dépôts et Consignations (...) qui a perdu semble-t-il 191 milllions. Il y a également des actionnaires individuels. Ce qu'on attend avant tout c'est une réparation financière."   Suite...