** LE POINT SUR LES MARCHÉS à la clôture en Europe **

jeudi 2 octobre 2014 18h19
 

PARIS/LONDRES, 2 octobre (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en
forte baisse jeudi et l'euro a repris du terrain, dans des marchés déçus par le
discours du président de la BCE, Mario Draghi, qui a donné peu de détails sur le
programme de rachats d'actifs de la banque et n'a pas évoqué un plan imminent de
rachats d'obligations souveraines. 
    La Banque centrale européenne, qui a laissé comme prévu ses taux directeurs
inchangés un mois après les avoir ramené à des plus bas historiques, a juste
annoncé qu'elle commencerait à acheter des obligations sécurisées mi-octobre et
des titres adossés à des actifs (ABS) au quatrième trimestre. 
    "Draghi a confirmé que des rachats auront bien lieu, au moins pendant les
deux prochaines années, mais il a déçu les investisseurs en ne donnant pas le
montant de ces rachats. Globalement,  la réunion de la BCE aujourd'hui confirme
que le conseil des gouverneurs est aujourd'hui en position d'attentisme", estime
 Azad Zangana, économistes Europe chez Schroders.
    À Paris, l'indice CAC 40 a perdu 2,81% à 4.242,67 points. Le Footsie
britannique a cédé 1,69% et le Dax allemand 1,99%, tandis que
l'indice EuroStoxx 50 a abandonné 2,77% et le FTSEurofirst 300
 2,2%, sa plus forte baisse quotidienne en sept mois. 
    Les Bourses de Madrid et Lisbonne ont toutes deux perdu
plus de 3% et Milan, plus net recul en Europe, a chuté de près de 4%.
    A la clôture en Europe, les indices américains, gagnés par la faiblesse des
marchés en Europe, perdaient entre 0,65% et 1%, le S&P 500 étant tombé sous sa
moyenne mobile à 150 jours pour la première fois depuis niovembre 2012.
    La totalité des valeurs du CAC 40 et de l'EuroStoxx 50 ont terminé dans le
rouge, valeurs bancaires en tête, avec une baisse de 5,05% de Société générale
 et de 5,5% de la banque italienne Intesa SanPaolo. 
    L'indice sectoriel des bancaires en Europe a perdu 3,3%.   
    L'indice des valeurs liées à l'énergie a également pesé, avec une
perte de 4%, alors que le pétrole brut poursuit sa baisse, ayant perdu 14%
depuis début juillet face à une offre abondante et une croissance faible. Le
brut léger américain a enfoncé le seuil des 92 dollars le baril, touchant un
plus bas de 27 mois. 
    L'euro est remonté face au dollar pour la première fois en huit jours contre
le dollar et se traite à 1,2665 dollar, en hausse de 0,32%.
    "L'euro est monté non pas à cause de ce que Draghi a dit, mais de ce qu'il
n'a pas dit", souligne Omer Esiner, responsable de l'analyse de marché de
Commonwealth Foreign Exchange à Washington. "Nous n'avons pas entendu de
déclarations significatives évoquant un élargissement de la portée des achats
d'actifs, en d'autres termes, un assouplissement quantitatif."
    Les futures sur obligations à 10 ans allemandes (Bund) ont baissé et les
rendement de la dette en zone euro ont grimpé de deux à cinq points de base.  
    * Tableau des principaux marchés mondiaux : 

 (avec Atul Prakash, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Marc
Angrand)