LEAD 1-UE-Moscovici peine à convaincre de son indépendance

jeudi 2 octobre 2014 14h02
 

* Le déficit français au coeur de son audition

* "Je n'ai qu'une boussole, les règles", dit Moscovici

* Le Français au coeur du jeu diplomatique droite-gauche (Actualisé avec déclarations, précisions)

PARIS, 2 octobre (Reuters) - Pierre Moscovici, candidat désigné au poste de commissaire aux Affaires économiques, a bataillé jeudi pour tenter de convaincre les députés européens qu'il saurait faire appliquer les règles budgétaires communes à tous les pays sans exception, au moment où le déficit français dérape.

L'ex-ministre des Finances a dû s'expliquer à de nombreuses reprises sur la politique menée jusqu'à son départ de Bercy fin mars et même depuis qu'il en est parti, d'autant qu'il a voté la confiance à un gouvernement dont le projet de budget entérine la dérive du déficit.( et )

"Quand un vote de confiance arrive et qu'il y a très peu de majorité, moi j'ai préféré et je l'assume, apporter ma confiance à un gouvernement qui mène des réformes", a dit Pierre Moscovici, actuellement député du Doubs, en réponse à une question sur la contradiction entre son vote et sa future mission.

"Ça ne veut pas dire que je cautionne tout ce que peut dire le Premier ministre. Il y a des points sur lesquels je peux avoir mes nuances", a-t-il pris soin d'ajouter.

"Un vote de confiance, c'est une appréciation globale (...). Ça ne veut pas dire qu'(un député) approuve la totalité de la politique. Il y a un vote auquel je ne participerai pas, et même des travaux auxquels je ne participerai pas, ce sont ceux sur la loi de finances, parce que là je serai sur un conflit déontologique."

"Ensuite, une fois devenu commissaire au mois de novembre, j'examinerai la situation française avec une totale objectivité, totale", a-t-il insisté.   Suite...