Pour le président nigérian, l'armée prend le dessus sur Boko Haram

mercredi 1 octobre 2014 14h04
 

ABUJA, 1er octobre (Reuters) - Le président nigérian Goodluck Jonathan a affirmé mercredi que le rapport de force s'inversait entre l'armée et les islamistes du groupe Boko Haram.

"Nos forces de sécurité continuent d'engager le combat contre les terroristes. Mues par un zèle patriotique, elles sont en train d'inverser le cours des choses et infligent des coups dévastateurs au coeur de la terreur", a-t-il dans une allocution télévisée à l'occasion du 54e anniversaire de l'indépendance.

Depuis cinq ans, les forces armées ont essuyé une série de revers face aux combattants de Boko Haram qui prétendent créer un Etat islamique dans le nord-est du pays. Plusieurs soldats ont été condamnés à mort pour désertion et le commandement est régulièrement critiqué pour son incapacité à protéger les populations civiles.

L'enlèvement de plus de 200 lycéennes en avril dernier à Chibok, dans l'Etat de Borno (nord-est), a symbolisé cette impuissance.

Mais des sources au sein des services de sécurité assurent que les militaires nigérians, appuyés par des moyens aériens, ont infligé ces dernières semaines de lourdes pertes aux insurgés.

La semaine dernière, l'armée a annoncé la reddition de plus de 130 combattants de Boko Haram. Abubakar Shekau, le chef du mouvement islamiste, ou un homme se faisant passer pour lui dans de nombreuses vidéos diffusés par le mouvement, aurait par ailleurs été tué. Une information non confirmée et à prendre avec précaution, la mort du chef de Boko Haram ayant été déjà annoncée par le passé. (Felix Onuah; Henri-Pierre André pour le service français)