RWE n'a toujours pas le feu vert britannique pour la vente de DEA

dimanche 28 septembre 2014 19h15
 

FRANCFORT, 28 septembre (Reuters) - Le groupe allemand RWE a déclaré dimanche qu'il n'avait toujours pas le feu vert ("comfort letter") du département britannique de l'Energie et du Changement climatique lui permettant de boucler la cession de sa filiale d'hydrocarbures DEA RWE à un investisseur russe.

"Actuellement, nous ne savons pas si la lettre sera émise", dit RWE dans une déclaration réglementaire publiée dimanche, ajoutant qu'il continue à s'efforcer de finaliser l'opération.

Cette déclaration intervient après une information parue dimanche dans Der Spiegel selon laquelle la vente de RWE DEA à un investisseur Russe rencontrait l'opposition du Royaume-Uni, ce qui pouvait retarder, voire compromettre l'opération.

Le magazine allemand, sans citer de sources, précise que le gouvernement britannique est préoccupé par le fait que cette transactions donnerait à l'oligarque russe Mikhaïl Fridman accès aux gisements de gaz britanniques de DEA.

Selon le magazine, cette hésitation du Royaume-Uni à accorder son feu vert à l'opération pourrait la retarder ou même déboucher sur le retrait de la licence d'exploitation.

RWE envisage plusieurs scénarios au cas où l'opération capoterait, précise Der Spiegel.

RWE a accepté en mars de vendre DEA à un groupe d'investisseurs emmenés par Fridman, pour 5,1 milliards d'euros.

La cession a déjà été approuvée par l'Union européenne et le gouvernement allemand mais requiert encore des autorisations d'autres pays où le groupe a d'importantes opérations. (Maria Sheahan, Juliette Rouillon pour le service français)