** LE POINT SUR LES MARCHÉS à l'ouverture des Bourses en Europe **

vendredi 26 septembre 2014 09h32
 

PARIS, 26 septembre (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont
ouvert vendredi légèrement à la baisse, dans le sillage des replis de Wall
Street et de Tokyo, sur des prises de bénéfices de la part d'investisseurs
soucieux de limiter les risques.
    À Paris, le CAC 40 reculait de 0,09% (3,74 points) à de 4.351,54
points peu après l'ouverture. A Francfort, le Dax perdait 0,26% et à
Londres, le FTSE reculait de 0,09%. Les indices européens confirmaient
la tendance à une baisse modérée avec -0,12% pour l'EuroStoxx 50 et
-0,21% pour le FTSEurofirst 300. 
    Les marchés s'inquiètent notamment des conséquences sur les exportations
américaines de la vigueur du dollar, qui s'apprête à boucler sa 11e semaine
consécutive de hausse face à un panier de devises de référence, du jamais
vu depuis 40 ans.
    L'annonce, peu avant l'ouverture en Europe, d'un fléchissement du moral du
consommateur allemand pour le deuxième mois consécutif n'a rien fait pour
détendre l'atmosphère. Les Allemands redoutent notamment l'impact des conflits
internationaux sur la première économie d'Europe, montre l'indice GfK publié
vendredi. 
    Les places européennes et Wall Street ont terminé jeudi en net recul. Tokyo
a suivi le mouvement vendredi (-0,88%), réagissant en outre au chiffre de
l'inflation au mois d'août qui risque d'obliger la Banque du Japon (BoJ) à
prendre de nouvelles mesures pour atteindre son objectif d'un taux de 2% durant
le prochain exercice budgétaire. 
    Aux valeurs, Air France-KLM cédait 2,5% dans les premiers échanges
après avoir réitéré "son plein soutien" au plan stratégique "Perform 2020" et
appelé les grévistes à la reprise des vols 
    Alcatel-Lucent perdait 1,96%, la plus forte baisse du CAC 40.
    Contre la tendance, Kering avançait de près de 1% après le
relèvement par Crédit Suisse de sa recommandation.
    Sur le marché des changes, l'euro reste sous pression après avoir souffert
jeudi de l'écart de rendement ("spread") grandissant entre les Treasuries
américains et les Bunds allemands, qui atteint son niveau le plus élevé depuis
15 ans.
    Sur le front du pétrole, le baril de Brent se maintenait sous la barre des 
97 dollars et s'orientait vers une nouvelle baisse sur la semaine,
l'abondance de l'offre effaçant les craintes sur l'approvisionnement liées aux
tensions géopolitiques. 
    
    * Tableau des principaux marchés mondiaux : 
 

 (Patrick Vignal pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)