La région PACA rompt ses négociations avec la SNCF sur les TER

mercredi 5 octobre 2016 16h07
 

MARSEILLE, 5 octobre (Reuters) - Le président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Christian Estrosi (LR), a annoncé mercredi la rupture des négociations avec la SNCF concernant la circulation des trains express régionaux (TER) et pourrait faire appel à la concurrence dès 2019.

"Plus aucune convention ne relie la région à la SNCF", a-t-il indiqué lors d'une conférence de presse.

"La région PACA refuse le devis de 291 millions d'euros présenté par la SNCF et refuse de payer. Toutes les discussions sont désormais interrompues", a-t-il ajouté.

Selon un audit demandé par la région, le devis de 291 millions d'euros présenté par la SNCF pour la circulation des TER en 2016 présente un surplus de 36 millions d'euros.

Le Conseil régional devrait voter un budget unilatéral pour le service TER le 3 novembre prochain.

Christian Estrosi reproche également à la SNCF le nombre de jours de grève élevé, 86 selon lui, sur le service TER ainsi que des retards et des annulations de trains récurrents.

PACA est la première région de France a dénoncé une convention avec l'entreprise nationale.

Plusieurs pistes sont à l'étude pour remplacer ce service TER de la SNCF, dont l'ouverture à la concurrence dès 2019, la gestion en régie de certaines lignes ou le remplacement par des autocars sur certains trajets.

"Nous prenons note des déclarations du président Estrosi, mais nous n'avons pas de réaction à chaud, nous en parlerons directement avec la région", a déclaré mercredi à Reuters un porte-parole de la direction régionale de la SNCF. (Marc Leras, édité par Yves Clarisse)