L'Italie emprunte à 50 ans en pariant sur la demande de la BCE

mardi 4 octobre 2016 17h53
 

par John Geddie

LONDRES, 4 octobre (Reuters) - L'Italie a placé mardi le premier emprunt d'Etat à 50 ans de sin histoire, profitant des anticipations de certains investisseurs sur un possible allongement de la maturité des obligations souveraines acquises par la Banque centrale européenne si cette dernière décidait de prolonger au-delà de mars 2017 son programme de rachat d'actifs.

La demande a porté sur 16,5 milliards d'euros, soit cinq fois et demi le montant attendu de l'opération, en dépit des craintes persistantes sur la solidité du système bancaire italien et de l'incertitude politique créée par le référendum constitutionnel du 4 décembre.

Avec cette opération, l'Italie rejoint la France, la Belgique et l'Espagne dans le club des émetteurs à 50 ans. L'Irlande avait quant à elle réalisé une opération à 100 ans en mars.

Outre leur rendement additionnel, ces titres ultra-longs pourraient offrir un potentiel de plus-value aux investisseurs si la BCE optait pour un allongement de la maturité de ses achats de dettes souveraines dans le cadre d'un éventuel prolongement de son programme de rachats d'actifs de 1.700 milliards d'euros, censé arriver à échéance en mars 2017.

Pour certains analystes, une telle décision pourrait intervenir dès le mois de décembre dans le cadre des aménagements attendus du programme d'achats d'actifs destinés à en permettre la prolongation.

"C'est l'une des options les moins sensibles du point de vue politique, technique et juridique", dit Frederik Ducrozet, économiste chez Pictet.

Selon les calculs d'Allianz Global Investors, une extension de 30 ans à 50 ans de la maturité éligible permettrait d'augmenter de 80 milliards d'euros l'encours de dette susceptible de profiter des achats de la BCE.

Les rendements sur la dette souveraine italienne se sont légèrement tendus mardi, les investisseurs faisant de la place dans leurs portefeuilles pour la nouvelle ligne à 50 ans.   Suite...