Alstom-Des TGV et 70 millions d'euros pour sauver Belfort

mardi 4 octobre 2016 13h01
 

BELFORT, 4 octobre (Reuters) - Le plan de sauvetage du site d'Alstom à Belfort prévoit la commande de 15 rames de TGV par l'Etat et 70 millions d'euros d'investissements, a confirmé mardi sur place le secrétaire d'Etat à l'Industrie, Christophe Sirugue.

Le PDG d'Alstom, Henri Poupart-Lafarge, a déclaré lors d'une conférence de presse commune, à l'issue d'une réunion avec des représentants syndicaux et des élus locaux, que ce plan bénéficierait à l'ensemble des sites du groupe.

Les 15 rames de TGV commandées par l'Etat équiperont la ligne Bordeaux-Marseille par anticipation de l'arrivée de lignes à grande vitesse (LGV) sur les tronçons Bordeaux-Toulouse et Montpellier-Perpignan, a précisé Christophe Sirugue.

L'Etat confirme par ailleurs la commande de 30 rames Intercités et la SNCF celle de six TGV pour la ligne Paris-Milan-Turin et de 20 locomotives de secours.

Alstom et l'Etat investiront par ailleurs 70 millions d'euros pour engager la diversification du site de Belfort, qui deviendra notamment le centre européen de référence de la maintenance des locomotives du groupe.

Dans ce total, cinq millions seront investis par Alstom pour développer ce centre, qui emploiera à terme 150 salariés, a précisé le secrétaire d'Etat

Selon lui, 30 millions d'euros seront consacrés au développement du TGV du futur et Alstom débloquera 30 autres millions d'euros pour développer et industrialiser une nouvelle plateforme de locomotives de manoeuvre.

Enfin, cinq millions d'euros seront consacrés à la production d'un "nouveau type de véhicule sur le site de Belfort", a dit Christophe Sirugue.

Un comité stratégique de filière sera organisé pour évoquer l'ensemble des problématiques du ferroviaire en France, a pour sa part dit le PDG d'Alstom. (Emmanuel Jarry, avec Gilbert Reilhac à Belfort)